Faire le point sur le niveau des élèves en mathématiques et en sciences : c’est l’objectif de l’étude Timss. Comme tous les quatre ans depuis 1995, cette enquête internationale, d’un organisme indépendant, mesure les performances dans ces deux matières des élèves CM1 et de 4e.

La France avant-dernière du classe international Timss sur l'enseignement des mathématiques et des sciences
La France avant-dernière du classe international Timss sur l'enseignement des mathématiques et des sciences © AFP / Myriam Tirler / Hans Lucas

Pour la France, le parcours de 4 000 élèves de CM1, et autant de 4e, a été regardé à la loupe en mai 2019, et le constat est assez inquiétant : la copie française n’est plus seulement médiocre, elle devient même mauvaise. Pour le niveau CM1, en mathématiques, le score de la France est de 485, quand la moyenne européenne est à 527. En sciences, ce n'est pas mieux : le score français est de 488 contre une moyenne de l’UE à 522. Ces chiffres placent désormais la France en avant-dernière position, le Chili arrivant dernier. 

Pour les élèves de 4e, la France est en-dessous de la moyenne de l’UE et des pays de l’OCDE dans les deux matières. En maths, le score moyen a même baissé de 47 points en 25 ans. Cette baisse de 47 points correspond à une année de classe : en d'autres termes, "le niveau des élèves de 4e de 2019 en maths est équivalent à celui des élèves de 5e en 1995 dans cette matière", selon Fabienne Rosenwald, directrice de la Depp, l'agence de statistiques du ministère de l'Éducation nationale. Seuls 2% des élèves atteignent le niveau "avancé" en maths : ils sont 11% dans l'Union européenne - et même 50% à Singapour. 

Parmi les constats les plus inquiétants, celui "d'une surreprésentation des élèves les plus faibles : en mathématiques, 15% des élèves français n'atteignent pas le 'niveau bas', contre 6% des élèves au niveau européen, décrypte la directrice de la Depp. Cela signifie que 15% n'ont pas les connaissances élémentaires en CM1.

Contractuels et enseignants peu formés

Pourquoi ces mauvais résultats ? En élémentaire, l’une des hypothèses est que ceux qui y enseignent sont peu nombreux à avoir poursuivi les mathématiques après le bac : "En France, les professeurs des écoles sont plus souvent issus de formations littéraires donc ont moins d'aisance en mathématiques devant leurs élèves", selon le président de l'association des professeurs de maths (Apmep) Sébastien Planchenault. Pour le collège, le manque de professeurs de mathématiques titulaires oblige souvent à recourir aux contractuels, dont les mathématiques ne sont pas forcément la spécialité.

Mardi matin, le ministre Jean-Michel Blanquer a reconnu que "le niveau de mathématiques est beaucoup trop faible en France". Le ministère promet de poursuivre le renforcement de la formation continue des enseignants en mathématiques et en sciences de façon significative en élémentaire et au collège. Il rappelle que 1 600 "référents mathématiques" ont formés pour à leur tour former les professeurs qui en font la demande.