Les enseignants français sont "deux fois moins" payés qu'en Allemagne ou aux Pays-Bas, a regretté lundi Anne Hidalgo sur France Inter. Les chiffres de l'OCDE confirment, globalement, les données mises en avant par la candidate à la prochaine présidentielle.

Une enseignante de CE2 et sa classe à l'école Jean Moulin de Nogent sur Oise, dans l'Oise
Une enseignante de CE2 et sa classe à l'école Jean Moulin de Nogent sur Oise, dans l'Oise © AFP / DELPHINE LEFEBVRE / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Qu'en est-il vraiment ? "Aujourd'hui en France, le salaire d'un prof, en début de carrière comme en fin de carrière, est deux fois moins élevé que celui qu'il pourrait avoir en Allemagne ou aux Pays-Bas, ça n'est pas normal", a regretté ce matin Anne Hidalgo, candidate à l'élection présidentielle de 2022 et invitée lundi matin sur France Inter. La maire PS de Paris est plutôt dans le vrai pour ce qui concerne l'Allemagne, mais pas exactement pour les Pays-Bas. 

C'est vrai, en début et milieu de carrière par rapport à l'Allemagne

Tous les ans l’OCDE publie un rapport sur le sujet et, selon les derniers chiffres de la version 2020, en début comme en milieu de carrière, un enseignant du secondaire allemand, en collège par exemple, gagne deux fois plus qu’un français. Il commence sa carrière à 70 000 US dollars brut par an (soit environ 59 000 euros), contre 33 000 US dollars brut pour un Français (soit environ 28 000 euros). 

Toutefois, l'écart se resserre en fin de carrière, selon Éric Charbonnier, expert à l'OCDE en charge des questions d'éducation. "En fin de carrière les enseignants allemands gagnent toujours plus qu'en France, mais seulement 51% de plus dans l'enseignement élémentaire et 61% au collège.

Le salaire n'est pas deux fois plus élevé aux Pays-Bas en début et et en fin de carrière

"Pour les Pays-Bas l'écart [avec la France] est beaucoup plus faible, notamment en début de carrière", poursuit Éric Charbonnier. "Un enseignant hollandais gagne environ un tiers de plus qu'un Français en début de carrière. 

En fin de carrière, cela descend à 25% d'écart en primaire. Il y a des écarts très nets, mais pas aussi élevés que ce qu'a déclaré Anne Hidalgo, notamment au tout début de la carrière", précise le chercheur. 

Le seul moment où un enseignant néerlandais touche presque le double du salaire d'un enseignant français se situe en milieu de carrière (après 15 ans), pour les professeurs au collège et au lycée.

Globalement, les enseignants français restent parmi les moins bien payés d'Europe de l'Ouest, avec un salaire 7% inférieurs à la moyenne européenne. Après 15 ans de carrière, un enseignant français en primaire, au collège ou au lycée gagne 20% de moins que le salaire moyen des enseignants en Europe, toujours selon l'OCDE. "L'enjeu aujourd'hui est de mieux les rémunérer en début et en milieu de carrière", précise Éric Charbonnier. 

Doubler les salaires, "irréaliste"

Pour autant, il estime que doubler le salaire de tous les enseignants, comme le propose Anne Hidalgo, est "irréaliste". "Ça reviendrait à un coût de 20 à 25 milliards d'euros par an. Il faut être réaliste aujourd'hui, et il faut cibler les investissements : peut-être sur les enseignants en début de carrière, et leur permettre d'avoir une progression plus rapide." 

Les primes annoncées par Jean-Michel Blanquer aux enseignants vont permettre de réduire un peu, le temps de leur validité, l'écart avec les autres pays européens. Mais, selon Éric Charbonnier, on ne peut pas miser uniquement sur la hausse des salaires pour rattraper l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Suisse. "Si on voulait le faire, il faudrait avoir une réflexion en profondeur sur le métier d'enseignant, qui prendrait en compte le salaire, le temps de travail à l'intérieur des établissements et les évolutions de carrière.

En effet, tous les enseignants européens ne passent pas le même nombre d'heures en classe. Par exemple, les enseignants allemands passent trois à cinq heures de plus dans l'école que les Français — car ils corrigent moins de copies — ce qui réduit le nombre d'enseignants dans le pays et donc le coût financier de l'éducation dans le budget de l'Etat.

*Cet article a fait l'objet de modifications. Les chiffres précédemment cités par le chercheur Eric Charbonnier donnaient un ordre de grandeur du phénomène, grâce à une moyenne des salaires sur les niveaux primaire, collège et lycée, dans chaque pays. Ils ont été remplacés par les chiffres exacts par niveau.