C'est ce lundi la date limite pour s'inscrire dans les formations sélectives. Cela représente la moitié des formations. Il s'agit des classes préparatoires, des BTS, des IUT, des écoles d'ingénieurs et de commerce. Les chefs d'établissements avaient plaidé pour un raccourcissement du calendrier.

La date limite pour s'inscrire dans les formations sélectives c'est ce lundi.
La date limite pour s'inscrire dans les formations sélectives c'est ce lundi. © Maxppp / La Voix Du Nord / Stephane Mortagne

C'était un casse-tête pour les formations sélectives des lycées : la rentrée a lieu le 3 septembre, mais la date limite d'inscription administrative était fixée par Parcoursup au 5 septembre.  Finalement, cette date est avancée de 10 jours, ce qui facilitera la rentrée, selon Jean Bastianelli, président de l'association des proviseurs de lycées à classes préparatoires : "On va avoir de la clarté dans la mesure où les élèves vont avoir à choisir et du moment qu'ils s'inscrivent, nous aurons nos listes de classes et on saura définitivement s'il reste encore quelques places disponibles qui permettront d'aller chercher dans les listes d'attente ou au contraire si on est déjà plein tout de suite." 

Mais impossible de dire combien de places vont se libérer, selon Jérôme Teillard, en charge de Parcoursup au ministère de l'enseignement supérieur : "On n'est pas sur des calculs puisque notre objectif c'est d'abord que les 600 000 candidats qui sont fixés, puissent venir s'inscrire. Ça  libérera des places pour d'autres. Il y a beaucoup de candidats qui ont fait des vœux dans des filières sélectives et qui avaient en même temps des vœux sur des licences très prisés, ils vont libérer des places qui vont bénéficier à d'autres."

Au lycée du Parc à Lyon, par exemple, il y a 5 à 10 % d'élèves en attente, soit l'équivalent d'une classe complète. Le système devrait se débloquer un peu plus cette semaine, mais les difficultés ne sont pas pour autant toutes résolues. 

Pour Pascal Charpentier, proviseur du lycée du Parc et membre de l'association des proviseurs de lycées à classes préparatoires,  recevoir des réponses aussi tardives, "deux ou trois jours avant la rentrée" c'est un problème pour beaucoup de familles, notamment en matière d'hébergement : "Les élèves de classe préparatoires n’habitent pas tous dans les grandes villes où se trouvent les classes préparatoires auxquelles ils postulent, il y en a qui sont à 200 ou 300 km. Tout ceci se prévoit quand même et pour les familles c'est une source d'inquiétude."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.