C’est connu : les enfants d’enseignants sont meilleurs à l’école que les autres. Parce qu’ils ont les « codes » ou parce que leurs parents leur font cours à la maison ? Non, la clé de la réussite est ailleurs, répondent les journalistes Guillemette Faure et Louise Tourret qui publient un livre sur le sujet.

Que retenir des méthodes des enseignants avec leurs enfants ?
Que retenir des méthodes des enseignants avec leurs enfants ? © Getty / Christopher Bissell

Parmi les idées reçues sur le sujet : les enfants réussiraient mieux parce que leurs parents profs leur feraient la classe à la maison. Cet argument se heurte à la logique : pourquoi une institutrice de CP serait-elle plus à l’aise qu’une mère lambda pour les programmes de terminale ? 

Pédagogue un jour, pédagogue toujours

On explique parfois le succès scolaire des enfants de profs par le temps disponible pour aider à faire les devoirs à la maison. Mais pour Guillemette Faure, invitée du Nouveau rendez-vous de Laurent Goumarre le 5 septembre dernier : « Les parents profs sont plutôt moins obsédés par l’école que les autres. Ils sont conscients de la rapidité du temps scolaire : les enfants passent 15% de leur temps éveillés à l’école. Pour eux, le temps d’éducation est bien plus large que ça.

Donc, les parents eux-mêmes enseignants utilisent ce temps extrascolaire pour se servir de ce qu’ils ont appris à l’école. Cela peut-être : « Tiens, on double les proportions du gâteau, cela fait combien ? » ou « Peux-tu me chercher ce lieu sur la carte ? ». Tout est prétexte à apprendre sans s’en rendre compte. Les profs se servent du quotidien pour transmettre et rendre leurs enfants autonomes par la mise en place d’un cadre, de discussion, d’argumentation (sans se couper la parole) et de jeux. 

Croire en l’école et y trouver sa place

Les professeurs discutent plus avec leurs enfants de l’école, mais pas sous l’angle de leur avenir, mais plutôt celui du quotidien (les copains, les emplois du temps…) et donnent toujours une image positive de l’institution. 

Pour que l’enfant se sente chez lui à l’école, les auteurs du livre préconisent aux parents de passer la porte dès que possible en participant aux réunions, et aux sorties. 

Mais aussi : 

De communiquer avec les enseignants pour mieux comprendre comment ils fonctionnent pour s’en inspirer à la maison. Et quand les parents parlent d’école à leurs enfants : évoquer le travail des enseignants et pas seulement celui de leur enfant.

Apprendre à apprendre

Les parents-enseignants face à l’école vont surtout décoder la façon de travailler : quand un professeur demande de réviser tel ou tel chapitre, le parent-enseignant s’interroge avec son enfant : « Qu’est-ce que ça veut dire apprendre ? Comment on s’y prend ? ». 

Pour aider son enfant à apprendre à l’école en s’inspirant de ce que les professeurs font avec leurs enfants, Guillemette Faure et Louise Tourret suggèrent de : 

  • « valoriser le travail en montrant aux enfants ce qu’ils ont réussi à surmonter par leurs efforts (plutôt que par des prédispositions) », 
  • « de ne pas se croire obligé de rendre tout fun » 
  • et d’ « apprendre aux enfants à cultiver leur persévérance et leur concentration, y compris dans des taches qui n’ont rien à voir avec le domaine scolaire ». 
  • Et enfin de valoriser au quotidien des qualités qui servent à apprendre : « l’exploration, la curiosité, l’autonomie, l’organisation… »

Des relations respectueuses avec les enseignants

Les relations avec les professeurs dépendent aussi de l’image que l’élève se fera de l’école et l’investira. Pour que cela se passe au mieux, même si cela semble évident : 

Faire comprendre à son enfant dès que possible qu’il aura parfois des enseignants qui lui plaisent, d’autres non et qu’il devra faire avec. 

Lors de rendez-vous parents-profs : « s’intéresser sincèrement au travail de l’enseignant et pas seulement aux notes de sa progéniture. Et ne pas remettre en cause ses appréciations. » 

Anticiper ce que l’école attend des enfants et ne pas être obsédé par les notes

De leurs investigations, les auteurs du livre sur la réussite scolaire des enfants de professeurs ont remarqué que les parents non professeurs sont plus obsédés par les devoirs. Contrairement à ce qu’on imagine, les parents profs passent moins de temps avec leurs enfants sur les devoirs, ne font pas faire de devoirs de vacances et font moins appel à des cours particuliers. 

Sur le travail à la maison, elles conseillent de « réfléchir avec son enfant à ce qu’on attend de lui, transmettre, si possible, une routine de travail », mais aussi de « respecter l’emploi du temps scolaire, le matériel, et ne pas faire une fixation sur les devoirs… Tout en veillant à ne pas être trop loin et à l’encourager pendant les travaux à la maison ». 

Surtout : « s’intéresser à ce que les élèves ont fait en classe plutôt que de refaire le cours à la place du prof. » et donner l’exemple : « ne pas travailler soi-même le soir sur le canapé avec l’ordinateur sur les genoux, la télévision allumée tout en attendant de son enfant qu’il travaille à son bureau et sans musique ». 

Enfin : « accepter que les devoirs prennent du temps, ne pas parler de faute, mais d’erreur, et encourager la démarche des devoirs plutôt qu’avoir les yeux fixés sur les notes. » et toujours à propos de la notation : « accepter que la note n’est pas une sanction, mais un indicateur de ce qu’il reste à faire ». 

📖  LIRE | Pourquoi les enfants de profs réussissent mieux ? de Guillemette Faure et Louise Tourret paru aux Arênes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.