Concurrencé par les systèmes audio comme les synthèses vocales ou les assistants vocaux, le braille, dont c'est la journée mondiale ce vendredi 4 janvier, est de moins en moins appris. En France, on estime à seulement 10% les aveugles lecteurs de braille. L'Association Valentin Haüy milite pour son retour en grâce.

En France, on estime à seulement 10% les aveugles ayant appris à lire le braille
En France, on estime à seulement 10% les aveugles ayant appris à lire le braille © Radio France / Hélène Chevallier

Céline Bœuf parcourt avec son doigt les étagères de la bibliothèque Valentin Haüy. Avec ses 20 000 livres traduits en écriture en relief, c'est la plus grande bibliothèque de braille de France. La responsable adjointe reconnait que lire un roman en braille est parfois fastidieux : 

Il faut compter 15 volumes physiques en braille pour un tome d'Harry Potter. D'où l'intérêt du braille en version numérique

L'association compte 3 500 livres disponibles sur sa bibliothèque en ligne Éole. Des ouvrages qui peuvent être lus sur ce que l'on appelle des blocs-notes braille. Sorte de tablettes dotées d'une plage de picots qui montent et qui descendent, ils peuvent être emmenés un peu partout mais ils coûtent un peu plus de 6 500 euros. La grande majorité des aveugles ont donc tendance à favoriser l'audio. 

Céline Bœuf, responsable adjointe de la médiathèque Valentin Haüy, parcourt l'un des 20 000 ouvrages en braille de la bibliothèque
Céline Bœuf, responsable adjointe de la médiathèque Valentin Haüy, parcourt l'un des 20 000 ouvrages en braille de la bibliothèque © Radio France / Hélène Chevallier

L'audio comme un complément

Mais Céline Bœuf, responsable adjointe de la médiathèque Valentin Haüy, prévient : "L'audio ne peut-être utilisé qu'en complément". Non voyante depuis ses 18 ans, Céline mélange braille et synthèse vocale pour utiliser son ordinateur. À la maison, elle dialogue également avec une enceinte intelligente : "Je vais lui demander la météo afin de décider si je mets un pull le lendemain ou l'heure pour savoir si je suis en retard le matin. Mais ce n'est pas avec cela que je vais m'instruire".  La jeune femme prend l'exemple de l'apprentissage de l'anglais : " Sans le braille, je ne pourrais simplement pas apprendre les listes de vocabulaire". Et ajoute : 

L'instruction ne peut passer que par le braille. Sans le braille, je n'aurais pas fait d'études, je ne travaillerais pas

Des générations d'illettrés

Et ce n'est pas Marc Aufrant, responsable des relations internationales de l’association, qui la contredira. L'homme craint que la prédominance de l'audio et l'abandon du braille créent des générations d'illettrés : 

Un enfant aveugle qui n'a pas appris le braille n'a aucune idée de l'orthographe des mots. Vous l'envoyez directement à la case Pôle Emploi et puis au bout d'un an et demi à la case assistanat.

Pour rendre plus accessible le braille, l'association s'est alliée à un consortium international d'associations. Ils ont créé un bloc-note braille dix fois moins cher que ceux que l'on trouve actuellement sur le marché. L'Orbit reader devrait être commercialisé en France au printemps prochain. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.