Le financement privé de chaires universitaires est devenu très courant mais cette fois-ci, un nouveau pas est franchi : la Banque BNP Paribas va financer une licence universitaire pluridisciplinaire sur le développement durable.

Une banque va financer une licence universitaire
Une banque va financer une licence universitaire © Getty / Sirinarth Mekvorawuth / EyeEm

À partir de la rentrée prochaine, cette formation sélective sera accessible aux bacheliers sur dossier et proposée par l'Université PSL. "Paris Sciences et Lettres" est en fait un regroupement d'universités ou d'organismes de formation et de recherche au même titre que l'Université Paris Dauphine, l'Ecole Normale Supérieure de Paris, le Collège de France, l'Observatoire de Paris... La BNP apporte 8 millions d'euros sur 5 ans. Des élus du conseil d'administration sont très inquiets pour l'indépendance de l'université. 

"BNP Paribas finance des énergies fossiles", expliquent des membres du conseil d'administration de l'université PSL et veut s'acheter une image plus verte avec cette licence sur le développement durable. Pour Baptiste Cecconi, représentant au conseil d'administration, c'est aussi un risque pour l'indépendance de l'université. "Sur le papier, l'université PSL est libre de construire son cursus. Il ne devrait pas y avoir de contrôle possible de la BNP sur le contenu pédagogique. En revanche, le fait qu'il n'y ait qu'un seul mécène fait que le jour où la BNP n'est pas contente dont la manière dont la licence se passe, il y aura un choix à faire côté présidence, soit museler les chercheurs ou arrêter la licence."

Alain Fuchs, le président de l'Université Paris Sciences et Lettres, se veut rassurant. BNP Paribas est déjà un partenaire pour d'autres formations. Le mécénat n'implique aucune contrepartie sur le contenu pédagogique et surtout c'est une chance pour les étudiants. "Si nous n'avions pas cette contribution pour monter cette licence qui est un projet nouveau, nous devrions avoir des frais de scolarité qui seraient sans doute importants, jusqu'à 10 000 ou 12 000 euros. C'est un peu l'alternative."

Au contraire, le coût sera celui d'une licence classique, c'est-à-dire 170 euros par an. Une trentaine d'étudiants seront sélectionnés pour la rentrée prochaine.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.