La ministre de l’Enseignement supérieur promet 100% de présentiel pour la rentrée universitaire. Mais face à la propagation du variant Delta, les jeunes doivent se faire vacciner afin d'être sûrs de pouvoir retourner en cours "comme avant".

Frédérique Vidal annonce vouloir une rentrée universitaire "100% en présentiel".
Frédérique Vidal annonce vouloir une rentrée universitaire "100% en présentiel". © AFP / Xose Bouzas / Hans Lucas

Un retour en cours à la normale, c'est ce que promet Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur pour la rentrée universitaire de septembre. Mais alors que l'épidémie de Covid-19 repart à la hausse, cette annonce de 100% en présentiel reste à nuancer. "Ce que l'on souhaite, c'est que tous les étudiants reviennent sur les campus, mais nous avons appris pendant la crise sanitaire. Nous avons mis en place des modalités pédagogiques plus interactives et qui permettent de ne pas avoir tous les étudiants en même temps", explique Guillaume Gellé, vice-président de la Conférence des présidents d’université (CPU).

Un vaccin contre du présentiel

L'enjeu pour "préparer une bonne rentrée : il faut inciter les jeunes à se faire vacciner cet été" selon Guillaume Gellé. Même son de cloche du côté du ministère de l'Enseignement supérieur : "Si à la rentrée nous voyons que l'épidémie repart, _le fait que les étudiants soient vaccinés nous permettra de maintenir du 100% présentiel_. Sinon, nous devrons prendre les mesures nécessaires", menace Frédérique Vidal, sans préciser les mesures en question. Les jeunes sont d'ailleurs particulièrement touchés par la remontée des cas de Covid. Le taux d'incidence chez les 20-29 ans atteint 64,9 cas pour 100 000 personnes, alors que la moyenne est à 27.2.

Pour autant, les jeunes semblent vouloir se faire vacciner : "Selon Santé publique France, on est à 71% de jeunes âgés entre 18 et 24 ans qui ont commencé leur processus vaccinal ou qui indiquent qu'ils vont le commencer dans les prochains jours", indique la ministre. Pour permettre une meilleure couverture vaccinale, elle annonce également la mise en place de barnum et d'équipes mobiles dans toutes les universités

Le ministère de l'Enseignement supérieur réfléchit tout de même à un plan de repli, si la propagation du variant Delta venait à être trop importante. "Nous pourrions basculer vers certaines contraintes comme _des jauges dans les amphithéâtres_", envisage Guillaume Gellé, vice-président de la CPU.

Prolongation du repas à un euro, mais pas pour tous

Autre annonce de la part de Frédérique Vidal, le repas à un euro dans les restaurants universitaires sera prolongé l'année prochaine, mais la mesure ne concernera plus que les étudiants boursiers. Les étudiants non-boursiers "en situation de précarité et qui solliciteront une aide d'urgence" y auront également le droit. Selon le ministère, plus de 11 millions de repas ont été distribués depuis janvier dernier.