Pour cette élection américaine 2020, le résultat de la Floride est une fois de plus très incertain. Plusieurs sondages donnent Biden vainqueur avec environ 4 points d'avance, mais certains prévoient aussi un coude-à-coude qui pourrait une fois de plus entraîner des recours en justice. D'autres voient Trump vainqueur.

Barack Obama en meeting le 24 octobre à Miami, Floride, État essentiel pour la victoire des deux camps
Barack Obama en meeting le 24 octobre à Miami, Floride, État essentiel pour la victoire des deux camps © AFP / Getty Images North America / Joe RAEDLE /

Les scores en Floride sont toujours très serrés. En 2016, Donald Trump a été élu avec 49% des voix, contre 47,8% pour Hillary Clinton. À peine plus d'un point d'écart entre les deux. Barack Obama a remporté l'État en 2008 avec 50% des voix (contre 49,1% à Mitt Romney), ce qui en fait le seul État à l'avoir favorisé avec moins d'un point d'avance sur son adversaire. En 2012, Barack Obama l'avait aussi emporté (avec 51% des voix, contre 48,2% pour John McCain). 

La Floride est également connue pour avoir été le théâtre de recours juridiques et d'un recomptage minutieux en 2000, lorsque George W Bush et le démocrate Al Gore s'étaient retrouvés au coude-à-coude dans cet État, avec chacun 50% des voix. Bref, la Floride est l'éternel "battleground state", un État très disputé. Certains calculs montrent même que si Donald Trump perd la Floride, il ne peut pas mathématiquement être réélu.

Une population mixte et très diverse

Comme la plupart des États du sud, la Floride a toujours voté démocrate jusqu'à la moitié du XXe siècle avant de devenir républicaine en 1952. Ces dernières années, la population de Floride a véritablement explosé. Son poids électoral a suivi. Elle comptait en effet huit grands électeurs à la fin de la deuxième Guerre Mondiale, passant à 29 grands électeurs aujourd'hui (sur 538 dans le pays). Sa population continuant à grossir, la Floride devrait gagner deux grands électeurs après le scrutin de 2020. 

Les Hispaniques, population-clé de l'état

Le résultat de la Floride sera déterminant avec notamment le vote des Hispaniques qui représentent 17% des 14 millions d'électeurs.

Les immigrants cubains anti-Castro résidant en Floride sont républicains, car anti-communistes. Mais aujourd'hui, la population de l'État est un mélange de deuxième génération cubaine, retraités, salariés des parcs d'attraction dans la région d'Orlando. L'État est donc plus diversifié que les autres États du sud. La Floride penche plutôt coté républicain et a toujours voté depuis 1964 pour le président finalement élu, à l'exception de 1992, où elle a voté pour George Bush père, alors que c'est le démocrate Bill Clinton qui avait été élu. Donald Trump attire surtout les retraités et les habitants installés en Floride depuis longtemps.

Mais la Floride étant devenue une terre de transhumances pour des Américains venant d'autres États, la donne change. Voilà pourquoi Joe Biden apparaît comme un candidat solide dans cet État de plus de 21 millions d'habitants. Sans oublier les jeunes habitants latinos, de la deuxième voire troisième génération. Les Hispaniques représentent 17% des 14 millions d'électeurs. Les Latinos de Floride sont d'ailleurs la cible d'une désinformation accrue dans la dernière ligne droite avant le scrutin du 3 novembre. Le mois dernier, les députés Debbie Mucarsel-Powell et Joaquin Castro ont demandé à la police fédérale d'enquêter sur une hausse de la désinformation visant les Latinos, afin de déterminer une éventuelle ingérence étrangère. De nombreuses théories du complot semblent vouloir favoriser Donald Trump.  

Il ne faut pas oublier non plus les militaires, qui devraient représenter un important stock d'électeurs. Or, habituellement, ils votent plutôt républicain. Mais Donald Trump s'est mis l'armée à dos cette année, à la suite de nombreuses déclarations désobligeantes. 

Des sondages très incertains

Cette année, la Floride laisse une fois de plus dubitatifs les instituts de sondages. À une semaine du scrutin, Trump et Biden sont parfois donnés vainqueur, parfois perdant. Bref, impossible d'y voir clair ! Le vote anticipé à réuni des milliers d'électeurs.

Les républicains gagnent des électeurs

Plus d'habitants en Floride se sont enregistrés comme républicains que comme démocrates depuis 2016. Une tendance qui s'était déjà vue lors des précédents scrutins et qui réduit le court avantage que les démocrates possédaient auparavant.  

Les habitants de Coral Gables quartier huppé de Miami (Floride) très nombreux pour le vote anticipé
Les habitants de Coral Gables quartier huppé de Miami (Floride) très nombreux pour le vote anticipé © AFP / JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images

Les électeurs de Floride ont répondu présents en masse lors de l'ouverture du vote anticipé, notamment dans des quartiers plutôt huppés laissant penser que les républicains pourraient être gagnants de ce vote en avance.

Les deux équipes de campagne misent à fond sur la Floride

L'équipe Trump, qui a admis connaître des difficultés financières en cette fin de campagne, a réinvesti une partie des fonds qui lui restent dans des États de la "Sun Belt", dont la Floride. 

La colistière de l'ancien vice-président démocrate, Kamala Harris, s'est rendue quant à elle à Orlando le 19 octobre dernier et a appelé les partisans démocrates à voter par anticipation. La Floride a en effet organisé un vote anticipé dès le 19 octobre. Des images publiées sur les réseaux sociaux montrent des files d'électeurs dans les les bureaux de vote. 

► VOIR |  La vidéo du New York Times montrant les files d'attente des électeurs à l'ouverture du vote anticipé en Floride

Un sondage Reuters/Ipsos réalisé la semaine dernière crédite Joe Biden de 50% des intentions de vote, contre 46% pour l'actuel locataire de la Maison Blanche.

Donald Trump est lui-même inscrit en Floride et a voté en avance le 24 octobre.

La Floride futur terrain de conflits après le 3 novembre ? 

Devant la menace selon laquelle Donald Trump pourrait ne pas reconnaître sa défaite s'il était battu le soir du 3 novembre, la coalition "Protect the Results" ("Défendre les résultats") a notamment prévu près de 250 rassemblements, dont plusieurs en Floride. "Protect the results" regroupe plus de 100 organisations - notamment de défense de l'environnement, des droits des femmes ou des droits homosexuels, et au moins une organisation de républicains anti-Trump.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.