L'Arizona est l'un des États sur lesquels Joe Biden et Donald Trump doivent concentrer leurs efforts pour atteindre les 270 grands électeurs nécessaires pour accéder à la Maison-Blanche. L'Arizona a longtemps été républicain, mais la crise du coronavirus et son nouveau visage démographique pourraient changer la donne.

Cactus et paysage désertique dans le Comté de Pinal, Arizona, le 27 août 2020.
Cactus et paysage désertique dans le Comté de Pinal, Arizona, le 27 août 2020. © Radio France / Benjamin Illy

À deux semaines du scrutin général, les sondages donnent une légère avance (avec une moyenne de 4 points d'avance) à Joe Biden en Arizona. Le fait même que les sondages placent le candidat démocrate en tête est une nouveauté par rapport aux scrutins passés. L'Arizona devient donc cette année un "battleground state", un État disputé. Il ne l'était pas auparavant. 

L'Arizona compte pour 11 grands électeurs. Jusqu'à présent, Bill Clinton est le seul démocrate à avoir remporté en 1996 cet État de l'Ouest depuis Harry Truman en 1948. L'Arizona est aussi la base du sénateur John McCain, ennemi juré (pourtant républicain) de Donald Trump, décédé en août 2018.  

Dans la dernière ligne droite de la campagne, Donald Trump concentre ses forces notamment sur l'Arizona, car il doit s'assurer de conserver sa base  de blancs plutôt aisés, mais aussi gagner des voix essentielles chez les latinos-Américains. 

L'Arizona "était" un État républicain

Limitrophe de la Californie, du Nouveau-Mexique, mais aussi du Mexique, cet État aux grands espaces arides et rougeoyants compte un peu plus de 7 millions d'habitants

Coucher de soleil dans les environs de Scottsdale, Arizona (Etats-Unis), le 29 août 2020.
Coucher de soleil dans les environs de Scottsdale, Arizona (Etats-Unis), le 29 août 2020. © Radio France / Benjamin Illy

La capitale, Phoenix, est l'une des villes américaines les plus dynamiques sur les plans économique et démographique de ces dix dernières années. Sa population a donc changé. Comme celle de l'État.

Les Hispaniques pourraient faire la différence

Avec sa forte proportion d'habitants hispaniques (2 millions d'habitants en 2014, soit environ 30 % de sa population), l'Arizona est territoire de diversité. Il appartient aux nouveaux États dont la population a le plus augmenté ces dernières années. 

Cette année, les latinos peuvent vraiment peser sur le scrutin, mais ils doivent aller voter. Car le problème, c'est qu'ils se déplacent rarement pour exprimer leur voix. Leur défi, c'est de mobiliser trois sous-groupes de personnes qui ne votent habituellement pas : les jeunes, les pauvres, et les personnes qui ont fait peu d'études.

L'État ayant attiré de nombreux nouveaux habitants, de nouvelles populations, plus jeunes notamment, pourraient donc changer la donne. Puis il y a aussi la population de jeunes latinos, qui arrivent avec leurs propres opinions politiques, souvent moins conservatrices.

Le taux de contamination à la Covid-19 est plus élevé chez les latinos que dans la population générale. Ce sont souvent des travailleurs essentiels, en première ligne, dans la restauration, l'agriculture, la grande distribution. Et en raison de la pauvreté, ils vivent souvent en famille élargie, à plusieurs dans de petits logements. Donc une personne qui contracte le virus le transmet à toute sa famille. 

Justement, au sujet du traitement de la population de latinos, Valerie Molina, maire de la ville de Guadalupe, déclare 

"Si j'étais présidente, je me pencherais sur le travail des forces de l'ordre dans nos communautés. Je ferais en sorte que les policiers soient mieux formés. Les minorités semblent écoper de sentences plus lourdes"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

D'autre part, l'Arizona a longtemps voté républicain notamment pour réclamer une action contre les sans-papiers. Mais l'Arizona a vu sa population d'immigrés sans papiers baisser sur la dernière décennie 2007-2017. Selon les données de 2014 collectées par le Pew Hispanic Center, l'État comptait 300 000 immigrés sans-papiers, soit 4,6  % de la population. 

Les Amérindiens aussi

De leur coté, les Amérindiens en Arizona font face à un problème de taille : leurs difficultés pour voter. Avec l'épidémie de Covid-19, le vote par correspondance est de plus en plus d'actualité. Mais de nombreuses maisons dans les réserves n'ont pas d'adresse postale formelle, selon un rapport de juin 2020 du Native American Right Fund (NARF), le fonds pour les droits des Amérindiens.  

Les bureaux de poste ruraux sont très éloignés des lieux de vie et imposent eux mêmes des délais pour recevoir le courrier à temps en raison de complications dans l'orientation du courrier.