Deuxième tour des élections régionales et départementales ce dimanche, après un premier marqué par une abstention record : deux Français sur trois ne se sont pas déplacés pour aller voter.

On vote ce dimanche 27 juin, pour le second tour des élections régionales et départementales.
On vote ce dimanche 27 juin, pour le second tour des élections régionales et départementales. © Radio France / Olivier Duc

Le premier tour des régionales et départementales a été marqué par un taux d'absentions record. Ce sera l'un des enjeux du second, ce dimanche 27 juin. Mode d'emploi de ce double-scrutin, le dernier avant la présidentielle de 2022. 

Régionales : second tour à la proportionnelle et prime majoritaire 

Pour les régionales, c'est un scrutin à la proportionnelle avec prime majoritaire. Cela signifie que la liste qui sort en tête obtient d'office 25 % des sièges au Conseil régional. Les places restantes sont ensuite réparties proportionnellement, entre toutes les listes qui auront obtenu plus de 5% des voix. Pour avoir la majorité absolue, le vainqueur doit donc obtenir au minimum 33% au second tour.

Ce qui peut poser une difficulté, vu l'éparpillement politique observé cette année : sept quadrangulaires (quatre candidats en Île-de-France, Grand-Est, Pays de la Loire, Bourgogne-France-Comté, Normandie, Centre-Val-de-Loire et Corse) candidats deux quinquangulaires (cinq candidats en Bretagne et en Nouvelle-Aquitaine). 

Les candidats au 2nd tour, leurs scores au 1er tour.
Les candidats au 2nd tour, leurs scores au 1er tour. © Visactu

Pour pouvoir gouverner, certains pourraient donc être obligés de nouer des alliances avec des listes concurrentes, avant ce qu'on appelle le "troisième tour", c'est-à-dire l'élection officielle de l'exécutif régional par les conseillers fraichement élus, vendredi prochain.

Départementales : un système beaucoup plus simple

Pour les départementales, c'est beaucoup plus simple. Comme au premier tour, vous devez choisir dans votre canton entre deux binômes composés d'une femme et d'un homme. Il s'agit d'un scrutin majoritaire, c'est-à-dire tout simplement que le binôme qui obtient le plus grand nombre de voix entre au Conseil départemental. Ce sont ces nouveaux conseillers qui éliront officiellement le président ou la présidente du département jeudi prochain.