Alain Buu Autoportrait Mumbaï
Alain Buu Autoportrait Mumbaï © Alain Buu

La vie d"Alain Buu offre une grande variété. Il est né à Paris d’une princesse vietnamienne, il a grandi à Saïgon quand deux conceptions politiques s’affrontaient militairement en Asie du sud-est, quand le Vietnam en guerre se divisait entre le nord communiste et le sud, alors constellé de camps de l’armée américaine. Après la victoire du nord, il a fui le pays de ses aïeux. Boat-people à 15 ans, balloté en Mer de Chine sur un rafiot empli de fuyards jusqu’à la cale. Réfugié dans des camps, ici et là, jusqu’à sa terre natale, la France.

Adolescent victime de guerre, qu’a-t-il pris à Alain BUU pour qu’il délaisse à 26 ans sa profession de « technicien de calcul dans l’ingénierie » et qu’il aille prendre des photos là où on laisse parfois sa vie sous les bombes ?... Ses souvenirs de reportage ne sont pas toujours heureux. Au début des années 90, en Irak, il est tombé aux mains des soudards de Saddam HUSSEIN. Ils l’ont jeté en cellule dans la tristement célèbre prison d’ABOU GHRAÏB.

Alain BUU est un survivant.

Au fil de sa carrière, il a côtoyé le danger.

…Mais les photos qu’il préfère publier, exposer, vendre, ne sont sans doute pas celles qui relatent la guerre. Ses choix se portent sur des reportages plus personnels, ceux qui l’ont conduit "sur les pas des cavaliers" de KESSEL en Afghanistan ou auprès des populations confrontées au manque d’eau au Kénya et en Inde. Il s’est aussi intéressé au Gange,"fleuve sacré, fleuve pollué", à la politique de l’enfant unique et à ses conséquences en Chine…

Quand il regarde le monde, à plus de 50 ans, Alain BUU a toujours les yeux d’un bébé qui découvre la complexité et le parfum d’une rose.

L’humanité n’a pas fini de le fasciner.

Les invités

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.