martine Laroche-Joubert
martine Laroche-Joubert © DR

D’un bout à l’autre de la planète, de l’ailleurs le plus tragique à l’événement le plus réjouissant, elle apporte très régulièrement son témoignage aux téléspectateurs des éditions d’information de France 2.

Sans doute connaissez-vous sa voix, son visage et son nom… Peut-être vous est-il arrivé de saluer, en famille, son courage ?...

En trente ans de grands reportages, on l’a vu partout où l’histoire s’est écrite : en Afrique, dans l’ex-Yougoslavie, en Afghanistan, au Cachemire, en Irak (où elle s’est rendue une vingtaine de fois), en Libye, en Syrie…

Dans un média (la télévision) au sein duquel le baroud journalistique est longtemps resté l’apanage des hommes à de rares exceptions, Martine LAROCHE-JOUBERT , comme ses consœurs Marine JACQUEMIN et Catherine GENTILE, a largement contribué à ouvrir la voie du grand reportage aux femmes, notamment la voie du reportage de guerre dont elle-même ne se lasse pas.

A force de la voir sur les téléviseurs lors des grand-messes de 13h et de 20h, nous croyons la connaître, elle nous est familière. Que connaît-on de cette femme grand reporter ?... Sait-on que, dans les années 70, elle s’est essayée au cinéma aux côtés, notamment, des joyeux comédiens du "Splendid’" ?... Sait-on qu’elle a travaillé avec le légendaire Michel LANCELOT sur une émission de télévision révolutionnaire en son temps intitulée

"Un jour futur" ?... Sait-on enfin qu’elle est "tarusate" ?

… Quèsaco, " tarusate" ?... Vous allez bientôt le savoir...

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.