Elle est cette année la Présidente de la 22ème édition du ‘’Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre ’’. Et ici, au milieu de la grande assemblée annuelle des correspondants de guerre, elle pourrait faire figure de grand sioux ; une grande professionnelle, rusée et discrète, stratège et incorruptible, sage et téméraire , respectée et respectable ;

Elle impose son aura car elle ne manque pas de charisme. Sa personne est précédée de sa réputation : celle de l’une des grandes plumes du journalisme d’investigation du prestigieux New York Times.

Et pour endosser ce rôle de Présidente d’un jury prestigieux, Carlotta Gall, de nationalité britannique, n’a pas été choisie pour autre chose que pour la diversité de sa carrière et ses qualités de correspondante de guerre.

Elle a couvert la première guerre de Tchétchénie, puis celle du Kosovo et de Bosnie ; elle a été pendant plus de 12 ans, de 2001 à 2013, correspondante pour le New York Times en Afghanistan, couvrant aussi le Pakistan dont elle est devenue l’une des meilleures spécialistes. Sur la traque de Ben Laden protégé par les services secrets pakistanais (ISI) et leur responsabilité dans l’échec de la guerre en Afghanistan contre les Talibans, elle est intarissable…

Son second ouvrage, édifiant, ‘’The wrong enemy : America in Afghanistan 2001-2014’’ lui est consacré.

Les liens

Article de Carlotta Gall sur la traque de Ben Laden. New York Times. 12 mai 2015

New York Times : Biographie et articles de Carlotta Gall (en anglais)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.