Cristina de Stefano - Oriana Fallaci
Cristina de Stefano - Oriana Fallaci © Francesco Castaldo

Oriana FALLACI, l'impossible...

(1929 - 2006)

Il a y 9 ans, Oriana Fallaci, la plus célèbre des journalistes italiennes, s’éteignait dans une chambre de la clinique Santa Clara à Florence, emportée par un cancer à l’âge de 77 ans, sans avoir pu terminer son dernier roman consacré à l’odyssée de sa famille.

Ainsi ce numéro du ‘’116 rue Albert-Londres’’ est, pour la première fois depuis sa création, consacré à un grand reporter disparu.

Pourquoi évoquer aujourd’hui cette figure du journalisme transalpin alors même que la dernière partie de sa vie fut placée sous le sceau du scandale, avec la publication d’un livre, ‘’La Rage et l’orgueil’’, écrit en 2002 après l’effondrement des tours jumelles ? Un brûlot qui portait tous les germes d’une islamophobie qui aujourd’hui encombre le dialogue autour du ‘’vivre ensemble’’.

Pour trois raisons, soyons clairs :

Parce qu’Oriana Fallaci fut certainement l’un des plus grands noms de cette profession, dont la méthode, l’aura et la renommée dépassèrent les frontières d’un pays, l’Italie, où elle est toujours aujourd’hui une icône féministe. ‘’La Fallaci’’ a vécu plusieurs vies, traversée tous les ‘’ismes’’ de son siècle, couvert tous , ou presque, les conflits de l’après seconde guerre mondiale, écrit une dizaine de livres , sauté dans toutes les piscines des stars d’Hollywood et interviewé tous les puissants de ce monde avec un charisme invraisemblable doublé d’un caractère peu gracieux.

Parce qu’un**film*sorti le 5 Août dernier** sur nos écrans nous a offert un biopic saisissant révélant à quel point sa vie fut un roman. On attend aujourd’hui Hollywood pour une autre adaptation d’une vie faite de polémiques et de controverses.

Et parce que l’an passé paraissait une biographie‘’Oriana, une femme libre’’ écrite par notre invitée, la journaliste Cristina de Stefano , qui a dû - pour ce long travail de 3 ans d’enquête - rencontrer tous ceux qui l’ont approchée, dont notre second invité le journalisteFrançois Pelou (AFP) à nos cotés, pour parler de celle qu’il a connu à Saïgon et qu’il a aimé.

  • ‘’Oriana Fallaci’’ , le film de Marco Turco avec Vittoria Puccini.
François Pelou, AFP Saïgon 1968
François Pelou, AFP Saïgon 1968 © Oriana, une femme libre - Editions Albin Michel

Evénement(s) lié(s)

Oriana Fallaci

Les liens

Oriana Fallaci (site italien)

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.