Alexandre Kauffmann en Tanzanie
Alexandre Kauffmann en Tanzanie © DR

Qui dit "grand reportage" fait entendre : immersion dans un lieu, un contexte, un événement, une société humaine, une étrangeté… S’immerger, c’est prendre le temps de se glisser dans le sujet, de l’appréhender sous tous ses aspects en tentant d’en saisir les moins visibles ou les plus fuyants, le temps d’en sortir afin de témoigner. A cet égard, le temps journalistique est souvent très frustrant. Trop court, trop vite, elliptique… Mensonger à force de paraître omniscient.

Le grand reporter indépendant Alexandre KAUFFMANN est-il un "journaliste-écrivain" ou "un écrivain-journaliste" ?...

Il est un voyageur ; ça, au moins, c’est certain. Avec une trentaine de pays visités en une quinzaine d’années, il aura tout connu : l’impression de "gâchis" laissé par des missions trop brèves, mais aussi le souvenir de longs moments d’observation quasi-ethnologique passés dans des endroits lointains comme chez les petits archers hadzas dans le bush tanzanien. Si différents, si proches. Des cultures différentes, une seule humanité.

Alexandre Kauffmann au Botswana
Alexandre Kauffmann au Botswana © DR

A l’issue d’études de philo et de sciences politiques à Paris, Alexandre KAUFFMANN se destinait à la diplomatie. Un séjour loin d’ici pour préparer le concours l’a réorienté vers l’écriture. "Journaliste-écrivain" … ou "écrivain-journaliste" ? Peu importe. Il n’a plus cessé de voyager.

Des voyages, du temps journalistique, du reportage ethnologique : voilà de quoi nous allons parler, tranquillement...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.