Parmi les jeunes combattants de la « brigade des immigrés », certains ne cachent pas, dès 2014, qu’ils aimeraient faire des attentats en France. Omar Ouahmane, grand reporter à Radio France, est alors l’un des rares à les prendre au sérieux, et à les interviewer. « Moi, si j’veux, je rentre en France, et je fais tout péter ! » disait l’un de ces djihadistes français, qui a côtoyé les futurs terroristes de Paris et de Bruxelles. A l’été 2014, l’offensive du groupe Etat islamique en Irak pousse les Etats-Unis à intervenir, et à former une coalition pour combattre les djihadistes, avec l’appui de la France. Les djihadistes appellent à commettre des attentats en Occident : ils ne vont pas manquer de volontaires.

Au début de l’année 2014, une bonne partie des futurs terroristes de Paris et de Bruxelles sont arrivés en Syrie. 

Ils combattent dans les rangs du groupe Etat islamique, comme Abdelhamid Abaaoud, qui se filme avec des cadavres. Sur les réseaux sociaux, ces jeunes djihadistes aiment poser avec leurs kalachnikovs, ou dans les villas cossues qu’ils occupent. Si on pouvait faire abstraction des armes et du contexte, on dirait qu’il règne une ambiance de colonie de vacances, l’expression est d’ailleurs utilisée par certains « revenants ».

Et pourtant, Certains de ces djihadistes commettent des crimes de guerre, et ils ne cachent pas qu’ils aimeraient faire des attentats en France.

Mon collègue, Omar Ouahmane, grand reporter, cherchait à l’époque à entrer en contact avec ces jeunes Français partis faire le djihad. Sur les réseaux sociaux, deux profils attirent son attention.

"Homme : Ouais tu m’entends là, ou pas ?

Omar Ouahmane : Ouais, là je t’endends.

Homme : ok j’disais, donc toi tu travailles à la radio ?"

(...)

Omar Ouahmane demande d’abord à ces deux djihadistes comment ils ont été recrutés, la question les fait bien rire:

"Omar : Est-ce que vous avez été contactés, est-ce qu’on vous a recrutés, ou est-ce que vous êtes partis de votre propre chef, de votre propre initiative en Syrie ?

Homme : Franchement… Et excuse-moi, hein, tu parles comme ma mère ! (rires)

Omar : Pourquoi elle vous dit quoi votre mère ?

Homme : Elle dit la même chose, elle pense que c’est un lavage de cerveau."

Ces deux Français interviewés par Omar Ouahmane sont en Syrie depuis début 2013 pour le premier, et même 2012 pour le second. Ils sont donc parmi les premiers Européens à avoir rejoint la guérilla djihadiste. (...) Très vite au cours de l’entretien, ils se déclarent favorables à des attentats en France. Omar leur a demandé ce qu’ils pensaient de Mohamed Merah, le toulousain de 23 ans qui a assassiné en 2012 sept personnes, dont trois enfants juifs.

"Homme : Ils ont eu peur de Mohamed Merah quand ils ont vus ce qu’il a fait (rires), mais des comme ça y en a des centaines et des centaines. Ça veut dire que nous au jour d’aujourd’hui on a des papiers européens, moi si je veux je rentre en France, et je fais tout péter ! Tu vois (rire) ça c’est la réalité. 

J’suis venu au djihad, j’ai une expérience, j’ai un an et demi dans les rangs des djihadistes.  

Un an et demi dans les rangs des extrémistes comme ils appellent, un an et demi de guerre que je peux venir en France mettre au service de l’islam."

Un autre témoignage atteste du fait que le groupe islamique a très tôt la envisagé de frapper l’Europe. Mourad Farès, le recruteur dont je vous ai parlé dans le deuxième épisode, s’est livré aux autorités françaises à l’été 2014.  Il affirme qu’il a rencontré, en Syrie, un chef saoudien de l’organisation, qui avait un « projet secret ». Selon Mourad Fares, dès 2013, ce chef « recrutait des combattants étrangers pour les renvoyer dans leur pays après une formation dans le but de commettre des attentats ». Ce Saoudien était chargé de l’accueil des combattants étrangers, et il gardait tous les passeports confisqués à leur arrivée. Des passeports qui peuvent servir à d’autres djihadistes pour endosser une fausse identité.

"Homme : On veut pas te terroriser, hein !

Omar Ouahmane : Mais en même temps c’est pas d’actualité pour vous, parce que vous comptez pas rentrer…

Homme : C’est pas d’actualité pour nous, mais y a des gens qui viennent avec cette simple intention de repartir..."

Téléchargez tous les épisodes de cette série sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS.

13 novembre, l'enquête 

  • Réalisation : Anne-Sophie Ladonne
  • Mixage : Benjamin Orgeret
  • Musique : « Hivernelle » par Yakie 

Références

Les interviews des deux djihadistes français en Syrie réalisées par Omar Ouahmane ont été en partie diffusée dans Les Matins de France Culture, "Qui sont ces occidentaux qui s'engagent pour le djihad?", 18 février 2014.

Aller + loin