Lors de la négociation des traités de paix, les alliés envisagent le transfert de l'ancienne possession allemande du Shandong au Japon dont l'impérialisme menace sévèrement la Chine. Dans la continuité de la révolution nationaliste de 1911, éclate le mouvement de jeunesse du 4 mai 1919.

Des étudiants de l'Université de Pékin marchant avec des bannières lors des manifestations du 4 mai en 1919.
Des étudiants de l'Université de Pékin marchant avec des bannières lors des manifestations du 4 mai en 1919. © Getty / Sovfoto / UIG

En partenariat avec La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, le quotidien La Croix et RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France nous partons en Chine, durant l'immédiate après-guerre, pour tenter de visualiser, quels furent les impacts et les enjeux de la fin du premier conflit mondial dans le pays

Articles de presse et textes d'époque à l'appui, l'historien Nicolas Offenstadt et Ali Baddou vous proposent de redécouvrir, au plus près des événements, comment les Chinois ont vécu "1918"

Les négociations en vue du traité de paix prévu à Versailles envisagent de transférer au Japon la province de Shandong, à l'est du pays, occupée jusque-là par les Allemands. Mais face à cette décision, la Chine se sent très gravement menacée par les japonais, et pousse un cri d'alarme, symbole d'un véritable renouveau culturel chinois. 

Entretien avec Nicolas Offenstadt en 4 temps

  • La Chine en 1918

Attirée par les idées occidentales, le pays aspire à une profonde transformation de la société dans le but de faire face, en priorité, à la menace japonaise. La Chine est devenue une République, le 1er janvier 1912, consacrée par la révolution chinoise de 1911 - qui a mis fin à l'empire - et proclamée par le leader nationaliste, Sun Yat-sen. 

  • Le mouvement du 4 mai 1919 : une guerre lointaine mais si proche à la fois

Ce jour là, de nombreux étudiants, dont la plupart viennent de l’université de Pékin se soulèvent contre la menace que représentent les japonais mais également contre les valeurs dites « confucéennes » (traditionnelles). Ils sont à l'origine d'un renouveau intellectuel qui s'inscrit dans la continuité de la révolution de 1911. 

  1. Première lecture :  témoignage de l'étudiant chinois Wang Tsi, issu de C. Hudelot, La longue marche, Paris, Julliard, 1971. 
  2. Seconde lecture : article de presse RétroNews
  • Li Dazhao, précurseur du communisme chinois

Cette semaine, notre zoom biographique est consacré au cofondateur du communisme chinois. Inspiré par la révolution russe de 1917, il influencera nombre d'étudiants chinois dont Mao Zedong. Dans un premier temps, les nationalistes révolutionnaires et les communistes se rassemblent dans un front uni pour tenter d'unifier la Chine avant de se déchirer dans une redoutable guerre civile. 

  • Quelle mémoire de "1918 en Chine" hier et aujourd'hui ?

Alors que le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale approche, la question de la signification du "11 Novembre" pour la Chine se pose. Quels souvenirs, quelles représentations en garde-t-elle ?

Découvrons ce que notre monde, celui de 2018, doit à 1918 !

Soyez les bienvenus pour ce deuxième entretien avec l'historien Nicolas Offenstadt, maître de conférences à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de la Grande Guerre, invité d'Ali Baddou.

Pour aller plus loin

Tout l’été, Nicolas Offenstadt tient également une chronique dans le quotidien La Croix

Bianco Lucien, Les origines de la Révolution chinoise, 1915-1949, Paris, Gallimard, 1967/2001

Sung-K’Ang Huang, Li Ta-Chao and the impact of Marxism in Modern Chinese Thinking, Paris-La Haye, Mouton, 1965.

Ma Li (dir.), Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale, Paris, CNRS éditions, 2012. 

Roux Alain, La Chine au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2006.

Tooze Adam, Le Déluge, 1916-1931. Un nouvel ordre mondial, Paris, Les Belles Lettres, 2015. 

  • Autres liens 

Observatoire du centenaire de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L'Encyclopédie de la Grande Guerre (en anglais)

L'Allemagne redécouvre la Première Guerre mondiale - A lire  dans la Croix

Le souffle d'une révolution par Nicolas Offenstadt - A lire dans LA Croix

Programmation musicale

  1. Hollydays - On a déjà
  2. Canine - Saturday
  3. David Bowie - China girl (1983)
-
-
Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.