La fin de la guerre consacre la chute de l'empire ottoman et entraîne une recomposition des provinces arabes qui étaient jusque-là sous sa tutelle. La France et le Royaume-Uni obtiennent respectivement des mandats sur la Syrie et la Palestine. On se souvient du célèbre Thomas Edward Lawrence dit "Lawrence d'Arabie".

Portrait de Lawrence d'Arabie entre 1914 et 1918.
Portrait de Lawrence d'Arabie entre 1914 et 1918. © Getty / Keystone-France / Gamma-Keystone

En partenariat avec La mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, le quotidien La Croix et RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France nous partons en Chine, durant l'immédiate après-guerre, pour tenter de visualiser, quels furent les impacts et les enjeux de la fin du premier conflit mondial dans le pays. 

Articles de presse et textes d'époque à l'appui, l'historien Nicolas Offenstadt et Ali Baddou vous proposent de redécouvrir, au plus près des événements, comment la Syrie et la Palestine ont vécu "1918"

Entretien avec Nicolas Offenstadt en 4 temps

  • La Syrie et la Palestine en 1918

En 1918, elles font partie de cet empire ottoman alors en plein effondrement. Une retraite globale du monde ottoman face aux alliés, présents dans la région, qui conduit au renforcement des sentiments nationaux arabes. 

  • L'enquête d'opinion de King-Crane 

Il s'agit d'une commission chargée d’enquêter sur place sur les souhaits des populations. La France et le Royaume-Uni ne participent finalement pas à cette commission, ne prennent pas en compte le rapport. Les mandats ont déjà été attribués à la France sur la Syrie et le Liban et à la Grande-Bretagne sur la Palestine et l’Irak. 

  • Thomas Edward Lawrence dit "Lawrence d'Arabie"

L’histoire du mouvement nationaliste arabe, du début de la révolte, en juin 1916, jusqu’à la paix avec la Turquie le 30 octobre 1918, est inséparable de l’action du capitaine Lawrence. Il est un personnage emblématique du fait des rôles militaires et diplomatiques qu'il a joué dans les relations anglo-arabes de l'époque. Il a marqué les esprits par ses capacités d’adaptation et ses ressources de courage et d’intelligence. 

  • Quelle mémoire de "1918" en Syrie et en Palestine hier et aujourd'hui ?

Alors que le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale approche, la question de la signification du "11 Novembre" pour la Syrie et la Palestine se pose. Quels souvenirs, quelles représentations en gardent-elles ?

Découvrons ce que notre monde, celui de 2018, doit à 1918 !

Soyez les bienvenus pour ce septième entretien avec l'historien Nicolas Offenstadt, maître de conférences à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de la Grande Guerre, invité d'Ali Baddou.

Pour aller plus loin

Tout l’été, Nicolas Offenstadt tient également une chronique dans le quotidien La Croix

Laurens Henry, La question de Palestine. T 1. 1799-1922, l'invention de la Terre sainte, Paris, Fayard, 1999.

MacMeekin Sean, The Ottoman Endgame. War, Revolution, and the Making of the Modern Middle East, 1908–1923, New York, Penguin Press, 2015

Picaudou Nadine, La décennie qui ébranla le Moyen-Orient, 1914 - 1923, Paris, Flammarion, 2017. 

  • Autres liens 

Observatoire du centenaire de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L'Encyclopédie de la Grande Guerre (en anglais) 

Programmation musicale

  1. Thibault Cauvin/M Cap ferret - Flots de l'âme
  2. Blundetto/Cornell Campbell/Little Harry - Good ol'days
  3. Soapkills - Ya jarha
-
-
Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.