A quelques heures du lancement de l’Euro 2016, les dispositifs de sécurité sont au plus haut niveau. Et pas que dans les stades.

Fraudes, matches truqués, blanchiment d'argent… Les autorités se préparent à ces infractions, très difficiles à déceler.

L'Euro 2016 met toutes les autorités en alerte, et pas seulement à cause de la menace terroriste. Elles vont surveiller de près un certain type de joueurs qui eux, ne sont pas sur le terrain : les joueurs de paris sportifs.

Les autorités estiment qu’avec les paris sportifs, près de 60 milliards d’euros vont être générés pendant l'Euro. Alors elles sont très attentives comme l’indique Charles Coppolani, président de l’ARJEL , l’Autorité de régulation des jeux en ligne.

Les autorités redoutent les simples fraudes, les matches truqués ou même le blanchiment d’argent. Et le problème c’est que c’est très difficile à déceler… S’il y a manipulation de matches, il faut le prouver : et là, les témoignages de joueurs sont très rares car ils craignent d’être rejetés par le milieu sportif. Mais surtout, il est possible de blanchir de l’argent sans aller jusqu’à corrompre des joueurs, comme l’explique Pim Verschuuren , chercheur à l’IRIS et spécialisé sur la géopolitique du sport et l’intégrité.

En tout cas, Thierry Pujol, directeur de l’Intégrité du Sport à la Française des Jeux , ne croit pas trop au risque de blanchiment, pendant l'Euro. Pour lui, les enjeux sont bien trop importants. Le risque est faible, mais pas nul.

Quoiqu'il en soit, en France, le service de la Direction centrale de la police judiciaire, chargé de surveiller les jeux en ligne, a formé une vingtaine de policiers spécialement pour l’Euro 2016. Au niveau international, un important dispositif de lutte contre les paris truqués a été mis en place avec Interpol , Tracfin et Europol , avec notamment des algorithmes censés détecter des mouvements suspects.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.