Mesdames et messieurs les auditeurs,

La liberté entre les deux rives de l'Atlantique. Collage 1794. Musée de la Révolution française, Vizille
La liberté entre les deux rives de l'Atlantique. Collage 1794. Musée de la Révolution française, Vizille © DR

Encombrant droit de grève , véritable serpent de mer apparaissant et disparaissant du paysage juridique depuis la Révolution !

En 1791, la fameuse loi Le Chapelier créé le « délit de coalition » : c’est l’interdiction de fait des syndicats , donc de la grève .A l’époque, c’est de gauche .

Ce n’est que70 ans plus tard quela loi « Ollivier », du nom d’unhomme politique républicain converti au bonapartisme ,abroge le délit de coalition, mais le remplace par un autre délit « l’atteinte à la liberté du travail ».

On considère cependant que cette loi ,de droite, favorise implicitement l’exercice de la grève , qui n’est plus un délit mais reste une faute contractuelle.

Clémenceau - qui a pourtant commencé sa carrière politique àl’extrême gauche - brise ensuite à coups de fusil des grèves et des coalitions ouvrières pendant des années.

Le régime de Vichy apporte bien sûr sa contribution à la question :il interdit formellement la grève , mais interdit aussi lelock-out , cette pratique patronale consistant àfermer les usines pour éviter la grève !

Lorsqu’on change de République en 1946 , Démocrates Chrétiens et Communistes , main dans la main, donnent valeur constitutionnelle au droit de grève par la belle formule inscrite au préambule de la nouvelle constitution : « Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent »

Ah ! Cette formule ! comme pour les écoliers « La Loire prend sa source au Mont Gerbier de Jonc » , c’est un de ces refrains républicains que les étudiants en droit connaissent par cœur et pour cause :on attend toujours ces fameuses lois censées règlementer le droit de grève.

De toute façon,en 1958, la Vème république gaullienne abolit la IVème :Exit le caractère constitutionnel du Droit de grève !

C’est sans compter surun coup de théâtre.

En1971 , à la surprise générale,le Conseil Constitutionnel, jusque-là docile, s’émancipe soudainement – de Gaulle est mort – et donne spontanément valeur constitutionnelle au préambule de la Constitution de 1946.

Le fameux refrain revient sur le devant de la scène : « Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent »

Et l’on attend toujours ces fameuses lois – qui ne viendront sans doute jamais car la grève, qu’il faut savoir commencer et qu’il faut aussi savoir finir – la grève, c’est tout un art.

 Grève des étudiants, université de Nanterre, près de Paris      mars 1968  Gilles Caron  Tirage moderne d’après négatif original.
Grève des étudiants, université de Nanterre, près de Paris mars 1968 Gilles Caron Tirage moderne d’après négatif original. © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.