Mesdames et messieurs les auditeurs,

C’est aujourd’hui24 avril le centenaire du génocide perpétré sous l’Empire Ottoman entre 1915 et 1917 , et qui a coûté la vie à 1 million et demi d’arméniens.

Le Premier ministre Turc, M. Erdogan , a déclaré à ce sujet que « cette histoire rentre par une oreille et ressort par l’autre ».

Au risque d’étonner,des arguments existent en sa faveur :

D’abord pour une question de vocabulaire .

Genocide arménien - convoi Mezre/konak
Genocide arménien - convoi Mezre/konak © Coll des PP. Mekhitaristes de Venise

Le mot de « génocide » a été adopté parles Nations Unies en 1948 pour qualifier les crimes de masse perpétrés par les nazis.

Il s’agirait donc d’un anachronisme juridique de parler de génocide en ce qui concerne le sort des arméniens à partir de 1915.

Ensuite pour une question politique .

Lesinstigateurs et organisateurs de ces massacres étaient les dirigeants du parti « Jeunes-turcs », gouvernement légal de l’Empire Ottoman.

Or cet Empire n’existe plus depuis 1923 , année de proclamation de la République de Turquie par Mustapha Kemal « Attatürk ».

Pourquoi la « République de Turquie » devrait-elle être tenue pour responsable de crimes commis sous unEmpire démantelé après la première guerre mondiale ?

Enfin, les responsables des massacres ont été jugés à Constantinople en 1919 , et la cour martiale les a condamnés à mort par contumace.

Alors pourquoi en faire toute une histoire ? nous dit M. Erdogan.

Parce que ces arguments se retournent contre eux-mêmes .

Génocide des Arméniens - camp de Meskené
Génocide des Arméniens - camp de Meskené © Coll des PP. Mekhitaristes de Venise

En1921 , à Berlin , Soghomon Tehlirian , arménien de 23 ans ,rescapé des massacres ,tue d’une balle de révolver Talaat Pacha , le ministre de l’intérieur Jeunes-Turcs ordonnateur des massacres .

Tehlirian sera acquitté par la Cour d’assises , et lestermes employés par les juges serviront au juriste américain Lemkin à forger le mot de « Génocide » en 1944 , au regard de ce qui ne s’appelait pas encore« La Shoah » .

« Génocide » est donc le nom de ce qui s’est passé contre les arméniens en Turquie à partir d’avril 1915.

Ensuite, la jeune République Turque n’est pas , dans ses débuts, totalement distincte du gouvernement « Jeunes-turcs » de l’Empire Ottoman.

Si Attatürk n’a rien à voir avec le génocide , plus de 150 personnes qui y ont participé ont été nommés à des postes gouvernementaux ou militaires de la jeune République.

Situation semblable à la découverte du rôle du Préfet gaulliste Papon dans la déportation d’enfants juifs sousVichy , ou des troublantes amitiés , révélées fort tardivement, du Président Mitterrand avec René Bousquet, organisateur de la rafle du Vel d’Hiv.

C’est pourquoi, nous français, qui avons missi longtemps à faire le ménage , n’avons pas de leçons à donner aux Turcs en ce domaine.

De nombreux Etats de toutes tendances politiques , ainsi que l’Union européenne , font et feront mémoire du génocide arménien de 1915.

Un jour, la Turquie, suffisamment forte, se joindra officiellement aux autres nations.

génocide armenien - massacres hamidiens
génocide armenien - massacres hamidiens © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.