L’accord, entre les deux tours, de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan est l'un des moments-clés de cette campagne présidentielle - un événement inédit, à la droite de la droite…

Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen le 29 avril 2017
Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen le 29 avril 2017 © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Le 29 avril 2017, à la mi temps de cet entre deux tours, l’arithmétique n’est pas en faveur de la candidate frontiste, alors il faut créer une dynamique donc coup de théâtre  : Marine Le Pen, sulfureuse parce que Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, souverainiste bon teint, notable de la droite classique, s’allient et l’annoncent lors d’une conférence de presse dans un grand hôtel parisien. Est-ce vraiment un accord politique ou une alliance électorale de circonstance  ?

Pour revenir sur cet évènement, Thomas Legrand reçoit Paul-Marie Couteau, l’un des théoriciens et ardent défenseur de ce que l’on appelle, depuis les années 1990, le souverainisme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.