Tentons de percer le mystère du macronisme ! Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir un peu par effraction, parce que toute une série de circonstances imprévues ont ouvert une voix inimaginable un an avant le scrutin de mai 2017. Mais il a gagné…

Emmanuel Macron lors de son premier jour en tant que président de la République
Emmanuel Macron lors de son premier jour en tant que président de la République © AFP / Simon Guillemin / Hans Lucas

Cette prise de pouvoir par Emmanuel Macron a ceci de très particulier : elle s’est faite à l’envers… 

D’habitude, le président élu est issu d’un parti, qui a une tradition, une histoire. S’il est en mesure d’atteindre l’Elysée, c’est que le candidat est membre d’un mouvement politique qui a déjà des élus locaux, un groupe parlementaire à l’Assemblée, des ancêtres politiques… bref une histoire ! Il est l’héritier d’une lignée politique. On sait à peu près, avant l’élection, sur quelle(s) tombe(s) de quel(s) grand(s) homme(s) il ira s’incliner au lendemain de sa victoire !  

… Mais pour Emmanuel Macron rien de tout cela.

Il a gagné avant que son parti naisse -La République en marche ! se constitue une doctrine non pas pour gouverner mais en gouvernant !  

Ce qui nous intéresse ici, c’est le Macronisme qui s’est fait élire, le Macronisme de 2017 - parce qu’il faudrait certainement consacrer une autre émission sur le Macronisme d’aujourd’hui, confronté aux réalités du pouvoir et à la réalité du corps social.  

Pour comprendre cet objet bizarre et tout neuf qu’est le Macronisme au moment ou il prend le pouvoir, Thomas Legrand reçoit Catherine Barbaroux.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.