Ca y est, on a trente ans. C'est mon âge, donc mon tour de raconter ce qu'on voit du haut de cette décennie là. Je suis donc devant, mais aussi derrière le micro et aux ciseaux, alors pour être moins seule, il y aura aussi Edouard Levé, Leonardo di Caprio et Amandine Gillet (ma soeur).

Autoportrait avec perroquet
Autoportrait avec perroquet © Radio France / Caroline Gillet

Des extraits d'Autoportrait d'Edouard Levé :

Décrire précisément ma vie me prendrait plus de temps que de la vivre.

J’aimerais que les saisons durent une semaine.

J’estime que la meilleure partie d’une chaussette est le trou.

Le son lointain d’une tondeuse à gazon en été me rappelle de bons souvenirs d’enfance.

Je jette difficilement, un de mes ancêtres avait la manie de conserver, à sa mort on a retrouvé une boite à chaussures sur laquelle une etiquette indiquait : petits bouts de ficelle ne pouvant servir à rien.

Je ne crois pas que la sagesse des sages se perdra.

Je suis plus à l’aise avec les vieux qu’avec les jeunes.

Je n’ai jamais embrassé une amante devant mes parents.

Un ami m’a fait remarquer que j’avais l’air content lorsque des invités arrivaient chez moi, mais aussi lorsqu’ils en partaient.

Je reconnais le marronnier, le tilleul, le peuplier, le saule pleureur, le chêne, le châtaignier le pin, le sapin, le hêtre, le platane, le noisetier, le pommier, le cerisier, le lilas, le prunier, le poirier, le figuier, le cèdre, le sequoia, le baobab, le palmier, le cocotier, le chêne liège, l’érable, l’olivier.

Je ne sais pas nommer les étoiles.

Je n’ai pas fini de creuser en moi.

Je me demande où partent les rêves dont je ne me souviens pas.

Le plus beau jour de ma vie est peut-être passé.

Je préfère les films en costume du futur, qu’en costumes du passé.

Sur la plage, les filles suscitent moins mon désir que dans une bibliothèque.

Un de mes oncles avait le goût du scandale et du jeu, il achetait "Hara kiri" et me le faisait lire, il faisait croire au téléphone à des inconnues, qu’un serpent les attendait à Orly.

Je me demande comment je me comporterais sous la torture.

Ma mère m’aime sans m’envahir.

La fille que j’aimais le plus m’a quitté.

Je suis content d’être content, je suis triste d’être triste, mais je peux aussi être content d’etre triste et triste d’être content.

Les liens

"A ton âge" est sur Facebook "A ton âge" est sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.