Ce matin, de la difficulté de parler du nucléaire en des termes posés et dépassionnés. Sur cette question sensible, faute d un socle de connaissance, le citoyen ne bénéficie d'aucun éclairage. Au sujet des risques encourus sur la santé et l'environnement, les versions divergent. On entend tout et son contraire. Cette semaine à Marcoule, l'explosion d'un four a tué une personne et blessé 4 autres. Les termes employés par les uns et les autres allaient "d'accident industriel près d un site nucléaire sans dégagement radioactif" à " un accident nucléaire avec émanation de vapeurs toxiques".Peut on parler du nucléaire en mettant de coté intérêts et instrumentalisation ? Frederick Lemarchand, socio anthropologue à l'université de Caen, spécialisé sur les notions de risques sur l' environnement nous livre quelques éléments de réflexion.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.