Voici l’histoire du reporter photographe Brice Fleutiaux, 31 ans, journaliste indépendant. En 1999, il veut témoigner de ce qui se passe dans cette région reculée où les milices tchétchènes sont en guerre contre l’armée russe.

Brice Fleutiaux après sa libération au Kremlin le 12 juin 2000.
Brice Fleutiaux après sa libération au Kremlin le 12 juin 2000. © Getty / Antoine Gyori - Corbis / Contributeur

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose « Brice Fleutiaux, otage et reporter »

  • Une émission proposée par Christophe Barreyre
  • Ecrite par Manuelle Calmat
  • Réalisée par Michel Sidoroff

Les journalistes ne sont pas les bienvenus et pour certains groupes mafieux ils peuvent même devenir une marchandise qu'on peut négocier et ainsi récupérer de l’argent ! Brice Fleutiaux décide de couvrir ce conflit, il part seul, discrètement, seule sa femme est prévenue ! Les journaux, les agences ? Il les préviendra après, quand son reportage sera avancé. 

Le 28 septembre 1999 il décolle de Toulouse pour la Turquie puis entreprend officiellement un treck dans les montagnes géorgiennes, C’est donc clandestinement qu’il veut entrer en territoire tchétchène. Il est enlevé par un groupe armé, en Géorgie, juste avant d'atteindre la Tchétchénie.

Après plus de huit mois de détention dans les caves et sous les bombes, menacé d’être tué, Brice Fleutiaux enfin libéré regagne la France le mercredi 14 juin 2000.

Brice Fleutiaux écrira un livre, « Otage en Tchéchénie » en 2001, qui sortira  chez Robert Laffont cinq jours avant son suicide le 24 avril 2001, il avait 34 ans.

Ces otages journalistes, ces noms dont on se souvient, que l’on ne peut pas oublier, comme Florence Aubenas otage en Irak en 2005, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin, Pierre Torres otages en Syrie en 2013, et encore avant Christian Chesnot et Georges Malbrunot enlevés en Irak aussi en 2004, ou Jean-Paul Kauffmann, et Michel Seurat qui sera exécuté par ses ravisseurs au Liban en 1986, Hervé Ghesquière, Philippe Rochot… la liste n’est évidemment pas exhaustive ! 

Mais le calvaire de ces hommes et de ces femmes est terrible et les dangers qu’ils ont affrontés pour faire leur métier de journalistes sont bien réels.

Extrait du scénario

SCENE 1

Dans une cave. Un bruit de goutte à goutte. Brice Fleutiaux a une cagoule sur la tête. On l'entend respirer...

BRICE FLEUTIAUX

J'ai chaud... Je crève de chaud... quand est-ce que cette bande de chien va m'enlever cette cagoule... 

HUSSEIN à Brice 

Tu m'entends le Français. Tu vas nous raconter ce que tu es venu faire là ok ?. 

BRICE FLEUTIAUX

Enlevez moi cette putain de cagoule... je peux pas parler...

Hussein lui enlève la cagoule... soupir de soulagement de Brice Fleutiaux...

BADROUDI

Qui t'envoie ?

BRICE FLEUTIAUX

Je vous ai déjà dit, je suis journaliste ! Je suis là pour vous !

BADROUDI

Qui t'envoie ?

BRICE FLEUTIAUX

Personne.

BADROUDI

C'est quoi ton journal ?

BRICE FLEUTIAUX fatigué

Indépendant...

BADROUDI

Connait pas.

BRICE FLEUTIAUX

Je suis freelance. Je suis Indépendant. Je ne bosse pas pour un journal en particulier.

BADROUDI

Indépendant ? C'est nous les indépendants ! Qu'est-ce que tu racontes...

BRICE FLEUTIAUX il essaie d'expliquer

Je viens rencontrer votre président. Maskhadov !

BADROUDI

Maskahdov ? Rires Mais c'est pas notre président qui va payer pour te libérer ! C'est TON Président ! Djak Chirak ! C'est ça ? Rires des autres. Ça coûte cher l'indépendance ! Tu sais combien ça coûte un arme de guerre ?  un Stinger c'est 30000$ ! et les roquettes US ça coûte une blinde ! Il en faut un paquet pour dégommer les avions russes ! Pose-toi ici. 

Si tout roule, tu seras libéré avant Noël. En attendant tu pars avec moi, je t'emmène à l'abri...

BRICE FLEUTIAUX

A l'abri de quoi ? A l'abri de qui ?

BADROUDI

Tais toi et fais ce qu'on te dit !

Invité Pierre Haski 

Pierre Haski, journaliste et Président de Reporters sans frontières
Pierre Haski, journaliste et Président de Reporters sans frontières © Radio France / valerie Priolet

Pierre Haski est journaliste et depuis cet été Président de Reporters sans frontières prenant la succession d'Eric Chol. Pierre Haski a débuté à l’AFP puis a rejoint Libération en 1981. D'abord à la rubrique Afrique, il devient correspondant à Jérusalem puis à Pékin. L'accès à son blog "Mon journal de Chine" sera alors bloqué par les autorités chinoises. Il monte en mars 2007 le site d’information Rue 89 et depuis 2014, il tient la chronique "Mondovision" dans "l'Obs". Il a fait paraître en début d'année Le droit au bonheur chez Stock. 

La semaine prochaine, le 7 décembre, parait Les JO de Raymond Depardon, 100 Photos pour la liberté de la presse. 

Depuis janvier 2017 :

la scénariste Manuelle Calmat

La scénariste Manuelle Calmat
La scénariste Manuelle Calmat © Radio France / Valérie Priolet

Après un doctorat de Lettres Modernes, Manuelle Calmat choisit le journalisme et l'écriture. L'aventure, la culture, l'histoire, le sport, la psychologie, la société sont ses terrains d'expression. Auteure de plusieurs fictions radiophoniques pour France Inter, elle conte les grands destins « qui font l'Histoire et qui n'ont pas peur du danger » : Muhammad Ali, Maurice Herzog, Al Capone, Ernest Shackleton, mais aussi Haroun Tazieff, Alberto Giacometti ou encore Albert Londres (écrits pour la fiction d’Affaires Sensibles), des aventures humaines qui sortent du cadre... Elle est également l'auteur de « GIGN, les experts du danger » (éditions Robert Laffont, 2010). Un joli portrait de Manuelle est à lire et écouter ici. 

Générique

C'était Brice Fleutiaux : Otage et reporter, une fiction 

De Manuelle Calmat

Avec:

  • Pierre-Marie Baudoin 
  • Mouss Zouheyri
  • Victor Ponomarev 
  • Daniel Krellenstein 
  • Martin Amic 
  • Manon Leroy
  • Bruitage : Elodie Fiat
  • Prise de son, montage, mixage : Pierric Charles, Amandine Grevoz
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu
  • Réalisation : Michel Sidoroff

Programmation musicale

  • MOBY : Why does my heart feel so bad 
  • AUTOUR DE LUCIE : Je reviens
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.