Semaine spéciale consacrée à l’humour en France et à la question éternelle : peut-on rire de tout ? Pour cette première étape de notre voyage à travers l’humour français, nous explorerons les caves des cabarets parisiens des années 50 et 60. Invité Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point.

Des personnes dansent le Hully Gully, le 26 novembre 1962, dans un cabaret à Paris.
Des personnes dansent le Hully Gully, le 26 novembre 1962, dans un cabaret à Paris. © AFP

Demain, nous atteindrons l’apogée de l’humour français des années 70 et 80 avec Coluche et Thierry le Luron. Mercredi nous reviendrons sur l’affaire des caricatures de Mahomet, puis nous irons rendre visite à Jamel Debbouze et à la génération de stand uppers des années 90. Vendredi, la fiction d’Affaires Sensibles vous fera découvrir l’histoire de Pierre Desproges.

Mais pour l’heure, nous sommes en 1950, à Paris. Au sortir de la guerre, la France a besoin de rire. La société est en cours de réinvention, de reconstruction. Le monde artistique n’est pas en reste. Musiciens, artistes-peintres, comédiens, tous cherchent leur voie dans cette liberté nouvelle.

A Paris, c’est dans les cabarets de la Rive Gauche, ou de Montmartre que ce construit ce rire nouveau. Dans ces lieux protégés, espaces de liberté, une nouvelle génération d’artistes fait son apparition. Pierre Dac, Jean Yanne, Fernand Raynaud, Raymond Devos… Autant d’auteurs, d’acteurs et de performeurs qui commencent leur carrière sur les scènes parisiennes.

Des cabarets au music-hall, l’humour évolue, se transforme, à l’image d’une société en pleine mutation.

Invité Jean-Michel Ribes

Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point et spécialiste du l’humour de résistance. Il a dirigé les ouvrages Le rire de résistance (Tome-1: De Diogène à Charlie Hebdo) et (Tome-2: De Plaute à Reiser) aux éditons Beaux Arts 

Ressources

Programmation musicale

  • Boby LAPOINTE : J'ai fantaisie
  • BOURVIL : Les abeilles
  • GROUPE MOSTLA : L'amour c'est mieux
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.