La Fiction nous raconte l’histoire de Yves Saint Laurent, créateur génial, homme fragile, allié des femmes, et comment YSL a inventé un vocabulaire de la haute couture qui a changé le monde de la mode.

 Yves Saint Laurent en backstage lors d'un défilé de mode, le 22 janvier 1972.
Yves Saint Laurent en backstage lors d'un défilé de mode, le 22 janvier 1972. © Getty / Reg Lancaster/Daily Express/Hulton Archive

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose : « Le pantalon par YSL ou Comment Yves Saint Laurent démocratise le Pantalon »

  • Une émission proposée par Christophe Barreyre
  • Écrite Charlotte Escamez
  • Réalisée par Juliette Heymann

1936, l’année de sa naissance. En ces temps où tout semble permis, le vêtement est déjà un instrument de liberté avec les premières vacances de masse à la plage, au camping, ou à la montagne. Mais viennent très vite les années noires et la seconde guerre mondiale. 

Après la Libération, il faut réinventer le monde contemporain ! Les artistes s’y emploient et parmi eux Yves Saint Laurent, créateur monumental et personnage Proustien. 

Au début des années 60, le début des trente glorieuses autorisent quelques audaces mais la société reste très engoncée dans ses certitudes, une liberté toute relative parcourt la jeunesse et la mode vestimentaire la plus osée demeure encore réservée aux vacances et aux week-ends. Quand il s’installe à Paris, en 1954, à l’âge de 18 ans, Mademoiselle Chanel a déjà 71 ans. Une autre génération !

Yves Saint-Laurent fait alors entrer le décontracté chic dans la vie de tous les jours et démocratise l’élégance, à l’image de son célèbre tailleur pantalon, présent dans toutes ses collections. Grâce à Christian Dior, son talent est vite reconnu. En 1962 il présente sa première collection sous la marque Yves Saint-Laurent. En 1965, l’année de la minijupe, son style fait l’événement, avec ses robes « Mondrian ». En 1966, il lance le smoking pour femme et, la même année, le prêt-à-porter de luxe. A la différence de Mademoiselle Chanel, quand Mai-68 arrive, Yves Saint-Laurent n’est pas pris au dépourvu…

La fiction commence en 1966, Il y a donc cinquante ans, Yves Saint Laurent créait l'un des "fondamentaux" de sa carrière et donnait le pouvoir aux femmes, en veste et pantalon

Dans cette seconde partie du XXe siècle, la femme nouvelle, active et indépendante, émerge. Coco Chanel et Yves Saint-Laurent participent à sa transformation.

Extrait du scénario

Scène 1

Pierre Bergé : Nous avons inauguré notre maison de couture en 1961, rue Spontini. En juillet 1966, Yves avait 30 ans, il présentait sa dixième collection haute couture. Je me souviens, la salle était bondée.

L'assemblée goûta avec joie l'inspiration pop art du défilé. Un modèle se distinguait pourtant…

Le complet smoking – qui tient son nom de la veste portée par les hommes dans les fumoirs – a bousculé en silence ce défilé. Un smoking pour le soir ? De la haute couture en pantalon ? C’était osé et plutôt culotté.

Yves, accompagné de ses deux muses, Loulou de la Falaise et Betty Catroux, et moi-même étions en coulisse avec les modèles. A travers le rideau, Yves observait discrètement la salle en train de se remplir.

(Côté coulisse, ambiance sonore de voix de femmes, essayages, coiffures, maquillage. De l’autre côté du rideau, on distingue la rumeur des spectateurs.)

Yves A Loulou, en évoquant les mannequins : Elles sont prêtes ?

Loulou : Pas tout à fait

Pierre s’adressant aux modèles en passant : Allez, dépêchons !

Yves : Tu entends quelque chose de l’autre côté ? Qu’est ce qu’ils disent ?

Loulou : Rien de distinct. Des potins mondains.

Yves : Je suis si impatient.

Loulou : Dis plutôt angoissé, détends-toi Yves. Tu veux une petite pilule ?

Pierre s’avance vers Yves et Loulou : Yves, ça y est, tout me monde est là. Je me mets en place à l’ouverture rideau avec les modèles. A tout à l’heure.  

Yves : C’est parti…

Betty fonce sur Yves et Loulou : Qu’est ce que vous fabriquez ? 

Yves : Est ce qu’ils vont m’applaudir ou me huer ?

Betty : Moi je me demande ce que je vais boire. Je fonce me chercher un drink (Elle s’éloigne)

Loulou à Yves : Oh, regarde, Pierre est cramponné à l’épaulette du premier mannequin

Yves en chuchotant très fort : Pierre, laisse-la partir, et tu vas abîmer l’épaulette

Pierre : Oui, je sais, c’est la pression

Loulou s’avance vers un modèle derrière :  Attends, ton chapeau

Yves la suit : Passe-lui le sautoir, on va l’oublier. (aux mannequins) Allez dépêchons !

Loulou : Je suis à Paris depuis peu mais j’ai l’impression qu’on se connaît depuis toujours. Andy Warhol va adorer ta collection, je l’appelle en sortant pour lui raconter.

Yves :Tu me le présenteras quand nous irons à New York. (Yves observe un modèle qui se change). Elle, je suis sûr qu’elle va faire sensation en passant dans le smoking-pantalon

Betty revient, elle s’approche d’Yves et de Loulou : Enfin un modèle excitant !

Invité David Teboul

David Teboul est auteur et réalisateur de documentaires dont un livre et deux films sur Yves Saint Laurent en 2001 et 2002 intitulé pour le premier « Yves Saint Laurent 5 avenue Marceau 75116 » et « Yves Saint Laurent le temps retrouvé » pour le second.

David Teboul, auteur et réalisateur de documentaires
David Teboul, auteur et réalisateur de documentaires © Radio France / Valérie Priolet

Scénariste Charlotte Escamez

Charlotte Escamez, auteur de "Est-ce que Christie a tué Poirot ?"
Charlotte Escamez, auteur de "Est-ce que Christie a tué Poirot ?" © Radio France / Fanny Cohen-Moreau

Charlotte Escamez fut la secrétaire littéraire de Roland Dubillardde 2001 à 2006. Depuis 2005, elle est auteur associé à la compagnie du Théâtre de l'ETreinte en résidence artistique à Rosny-sous-Bois, Bagneux et Alfortville, où ont été créées plusieurs de ses pièces. Elle anime des ateliers d'écriture et de pratique théâtrale avec des adultes, des enfants et des jeunes en réinsertion professionnelle.

Générique

Le Pantalon par YSL ou comment YSL démocratise le pantalon

de Charlotte Escamez

Avec:

  • Maxime Dambrin : Yves Saint Laurent
  • Laurent Cléry : Pierre Bergé
  • Claire Bouanich : Betty Catroux
  • Céline Milliat-Baumgartner : Loulou de la Falaise
  • Elodie Huber : Catherine Deneuve
  • Andréa Schieffer : Nan Kempner
  • Sophie Daull : Marguerite Duras
  • Jeremy Lewin : un journaliste
  • Lorenzo Lefebvre : un réceptionniste

Et 

  • les voix de : Bénédicte Mbemba, Manika Auxire, Mathilde Charbonneaux, Laure Sirieix, Blandine Baudrillard et Pascale Oudot
  • Bruitage : Sophie Bissantz
  • Prise de son, montage, mixage : Bastien Varigault, Louis Barndinet, Claire Levasseur
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu
  • Réalisation : Juliette Heymann

Programmation musicale:

  • Barbara / Moustaki :  La dame brune 
  • Deneuve / Biolay : Que c’est beau la vie 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.