Voici une histoire qui pourrait être vraie, écrite à partir de différents faits réels, un moment dans l’histoire d’une secte, d’un groupe de gens qui par la fascination qu’exerce sur eux un leader, un gourou, vont professer une autre conception du monde, à partir de données inventées, rêvées, et souvent imposées !

Plan d'un groupe de personnes se tenant par la main et priant ensemble
Plan d'un groupe de personnes se tenant par la main et priant ensemble © Getty / Cecilie_Arcurs

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose Le Culte

  • Une émission proposée par Christophe Barreyre
  • Écrite par Vincent Hazard
  • Réalisée par Benjamin Abitan

Prononcer ou écrire le mot secte suscite immédiatement un sentiment de rejet, pointe une menace. S’associent aussitôt les mots de manipulation, embrigadement, dangerosité, rupture, aveuglement ! 

Puis après les mots, les analyses et explications, nous glissons vite malheureusement dans les faits divers. Les medias s’emparent alors de ces histoires terribles qui viennent percuter notre actualité, ces sectes qui revendiquent et professent ces théories de l’apocalypse comme l’Ordre du Temple solaire en 1995 et les suicides collectifs de ses membres, ou le meurtre de Sharon Tate en 1969 par les adeptes de Charles Manson, ou encore Le Temple du peuple des disciples du Christ du révérend Jim Jones connue pour le suicide collectif de 908 de ses adeptes majoritairement par empoisonnement au cyanure de potassium, le 18 novembre 1978 à Jonestown au Guyana, ou encore dans le métro à Tokyo en mars 1995, un attentat de la secte Aum qui fit 13 morts et (6000) plusieurs milliers de blessés.

La Scientologie, une des premières sectes internationales, ou encore Les moonistes dans les années 1980 ont posé des problèmes aux gouvernements, contraints de prendre des mesures, de proposer des réponses juridiques,  de réfléchir sur les logiques de ces actes qui défient la raison.

Et puis ces dernières années de nouveaux groupes, politiques et religieux sont apparus, comme Boko Haram au Nigeria, ou les shebab, affiliés à Al-Qaïda, au Kenya et bien sûr Daech. 

Sectes, terroristes, fanatiques religieux … ces mouvements changent considérablement et brutalement les rapports : violence, meurtres, tueries, ces crimes au nom de Dieu sont revenus nous rappeler que lutter contre le totalitarisme et les dérives sectaires demande de nouvelles réponses différenciées.

Pourtant chaque société produit ses sectes, et elles sont souvent une réponse à ses peurs, le résultat de ses excès et le reflet de ses faiblesses.  Alors comment comprendre et lutter contre tant de formes différentes ?

Extrait du scénario

« Scène 1

(Salon maison Philippe)

SON : Un téléphone fixe sonne.    

JULIE

Allo ?

VOIX (VOIX TELEPHONE)

… (Respirations).

JULIE

Allo ? Qui est à l’appareil ? 

VOIX (VOIX TELEPHONE)

Philippe Liot ?

JULIE

Non… C’est sa fille. Qui êtes vous ? 

VOIX (VOIX TELEPHONE)

(Rire) Tiens ce vieux pervers a une fille ? Ah ah ah ! Traînée! Ton père est un raté, un pervers, et toi t’es une traînée…

JULIE

Non mais, ça va pas ?

SON : Philippe se précipite dans la pièce.

VOIX (VOIX TELEPHONE)

Vous êtes deux dégénérés, tel père, telle fille ! Des dégénérés pour qui ça va mal finir ! 

PHILIPPE

Raccroche !

SON : Julie raccroche.

JULIE

Mais qu’est-ce qui se passe ? Qui c’est ?

PHILIPPE

C’est les fous furieux du Centaurium, ils appellent tout le temps, même la nuit.

JULIE

Mais ils sont tarés ! Il faut porter plainte !

PHILIPPE

Je l’ai fait, mais les gendarmes ne font rien. 

JULIE

Pourquoi ? C’est quoi cette histoire, pourquoi ils t’agressent comme ça ?

PHILIPPE

Si tu venais plus souvent, tu saurais ce qui se passe ici. Leur gourou a décidé qu’il fallait construire un temple énorme en plein milieu de la vallée.

JULIE

Ils pourront pas construire dans un parc naturel !

PHILIPPE

Normalement non, mais c’est bientôt les élections…

JULIE

Quoi la droite leur donne un permis de construire ? 

PHILIPPE

Oh la gauche est aussi sur le coup. Ils ont une cinquantaine d’adeptes qui votent à Montclar, et tout le monde sait que les municipales vont se jouer à quelques voix. Alors le maire leur a filé le permis de construire et pour la gauche, c’est Bigarot, le conseiller général, qui leur vend le béton de la construction.

JULIE

Mais c’est dingue ! Tout ça pour 50 voix ?

PHILIPPE

Ouais et au village, à part commenter devant leur pastis, on peut pas dire que ça bouge beaucoup. Moi j’ai monté une association et on a pris un avocat. »

Invité Nathalie Luca

Nathalie Luca, anthropologue, directrice de recherche au CNRS
Nathalie Luca, anthropologue, directrice de recherche au CNRS © Radio France / Valérie Priolet

Nathalie Luca est anthropologue, directrice de recherche au CNRS. Elle dirige à l’EHESS le Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) et préside la section d’anthropologie du Comité national auprès du CNRS. Elle coordonne le programme « Les techniques du (faire) croire » du Laboratoire d’excellence « Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances » (LabEx HaStec).

Elle a fait paraître entre autres :

Scénariste Vincent Hazard

Vincent Hazard
Vincent Hazard © Radio France / Valérie Priolet-Izard

Vincent Hazard est réalisateur et scénariste. Il est diplômé en tant que scénariste de niveau 1 de la Fémis (2017), avec un master Sound design de l’Université de Bournemouth (GB) et un master audiovisuel de l’Université de Valenciennes. 

Il a réalisé et écrit Nicholas, qui a remporté le Prix du scénario de l’Art Council britannique, le Prix Jacques Tati en 2003 et qui a été plusieurs fois primé et sélectionné en festivals. Il a réalisé plusieurs court-métrages, et il réalise actuellement son premier long-métrage. Il a également écrit des séries comiques en podcast comme « Timide » qui sortira en mars 2018.

Il a écrit plusieurs fictions pour « Affaires sensibles » (France Inter) comme « La secte », « Brexit, chronique d’une rupture annoncée », « Marilyn Monroe cursum perficio », « Hugo Pratt, la naissance de Corto », « Saint-Exupéry, le spleen du petit prince », ainsi que des fictions historiques pour « Autant en emporte l’histoire » (France Inter) : « 1918, l’arme secrète des indiens Chactas », « Pour l’amour de la divine Garbo ».

Générique

C'était Le Culte de Vincent Hazard.

Une réalisation de Benjamin Abitan.

Avec :

  • Charlotte Desserre                  Julie
  • Andréa El Azan                        Maya
  • Jean Claude Bonnifait            Philippe
  • Christophe Boudé                   Maitre Manit
  • Rapahael Magnabosco          Bajra
  • Et les voix de:
  • Stéphanie Schwartzbrodt, Camille Cobbi, Lisa Sans, Luc Davin, Basile Bernard de Bodt, Nathalie Lacroix, Martin Amic
  • Bruitages: Élodie Fiat
  • Prise de son, montage, mixage: Claire Levasseur et Antoine Viossat
  • Assistante à la réalisation : Clémence Bucher 

Programmation musicale :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.