1923, Germaine Berton n’avait pas vingt ans quand elle tua un homme. Ce ne fut ni le fruit du hasard ni celui de la fièvre. Elle n’a eu aucun regret, aucune excuse. Elle n’a pourtant pas été condamnée pour ce sang versé. Pourquoi ?

1er janvier 1920, Germaine Berton
1er janvier 1920, Germaine Berton © Getty / KEYSTONE FRANCE

Une rediffusion datée du 4 octobre 2019 

Pour raconter cette histoire, nous nous sommes plongés dans les archives de la presse de l'époque accessibles sur le site Retronews de la BNF, notre partenaire.

Un récit documentaire de Jean Bulot

Invité : 

Pour revenir sur cette affaire symbolique de la France de l’entre-deux-guerres, nous recevrons en seconde partie l’historien Francis Démier qui a publié deux articles autour de l’histoire de Germaine Berton dans une publication des Archives de Paris, intitulés “Germaine Berton anarchiste et meurtrière (2014)

Programmation musicale : 

  • Léo Ferre : L'adieu (1984)
  • Jacques Brel : Jaurès (1977)
  • Dani : Dingue (2020)
L'équipe