Aujourd’hui dans Affaires Sensibles un étrange accident de la route deviendra un calvaire judiciaire quatre décennies. Invité Jacques Revon, journaliste de 1984 à 2008 à France 3 Bourgogne, il s'est impliqué dans l’affaire Saint-Aubin pendant plus de 15 ans.

Photo du 27 septembre 1994 des époux Saint-Aubin se recueillant sur la tombe de leur fils Jean-Claude au cimetière de Talant à Dijon. Mme Andrée Saint-Aubin, qui rend les services secrets français responsables d'une bavure.
Photo du 27 septembre 1994 des époux Saint-Aubin se recueillant sur la tombe de leur fils Jean-Claude au cimetière de Talant à Dijon. Mme Andrée Saint-Aubin, qui rend les services secrets français responsables d'une bavure. © AFP / GERARD CERLES

Le 5 juillet 1964, la Volvo du jeune Jean-Claude Saint-Aubin fait une sortie de route à côté de Fréjus. La voiture s’enroule autour d’un platane, elle est broyée par l’impact. Le conducteur et sa passagère ne survivent pas au choc.

193 000 accidents et 14 000 morts sur la route en 1964. C’est 4 fois plus qu’aujourd’hui. La gendarmerie de Fréjus ajoute mécaniquement deux jeunes gens à la sinistre liste. Pour eux, c’est un accident dû à un excès de vitesse. C’est dramatique, mais c’est tristement banal.

Chez les Saint-Aubin, on n’est pas de cet avis. Jusqu’à leur mort 30 et 40 ans plus tard, les parents du conducteur se battent pour faire reconnaître leur vérité.

Parce que les Saint-Aubin en sont certains : l’accident n’est pas dû à une erreur de conduite de leur fils, mais à un événement bien plus intrigant. C’est l’armée française qui est responsable. Elle a assassiné leur fils par mégarde à la place… d’un membre de l’OAS préparant un attentat contre le général de Gaulle. Rien que ça...

Ni les gendarmes ni la justice ne veulent les entendre? Tant pis, les Saint-Aubin mèneront l’enquête eux-mêmes et prouveront l’hypothèse de la bavure mortelle. Et c’est un calvaire judiciaire qui les attend. 9 procédures, 26 décisions judiciaires, traitées par plus de 90 magistrats sur quatre décennies... Un combat devenu le but de leur vie pour la mémoire de leur fils contre, disent-ils, la raison d’Etat.

Invité Jacques Revon

l’ancien journaliste et grand reporter Jacques Revon. Il a travaillé de 1984 à 2008 à France 3 Bourgogne. Il s'est impliqué professionnellement et personnellement dans l’affaire Saint-Aubin pendant plus de 15 ans, et il est devenu proche des Saint-Aubin, notamment de la mère, Andrée, et du cadet, François. 

Ressources

Les invités
  • Jacques RevonAncien grand reporter à France 3 Bourgogne, proche de l'affaire Saint-Aubin
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.