Une fiction en 2 épisodes écrite par Mariannick Bellot et réalisée par Laurence Courtois. Enquête sur l’état de délabrement des écoles marseillaises, un scandale qui n’est toujours pas assumé avec Stéphanie Harounyan, journaliste à Marseille pour Libération notre partenaire mensuel.

Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille
Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille © Radio France / Mariannick Bellot

Dans un article du journal Libération, notre partenaire aujourd’hui pour cette fiction, sur les problèmes que rencontrent les Ecoles Marseillaises, Laurent Joffrin écrivait : «  La deuxième ville de France n’est pas un monde à part, mais porte en elle peut être plus qu’ailleurs, toutes les vicissitudes et les promesses du monde d’aujourd’hui. La ville connaît des difficultés sociales majeures… et pâtit d’une mauvaise réputation de laisser-aller, de dilettantisme politique qui se traduirait sur des dossiers aussi importants que l’école, les transports et le logement. »

Le 5 novembre 2018 l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille a  provoqué la mort de huit personnes et est  venu témoigner de cet état d’insalubrité de nombreux immeubles dont des écoles publiques.

Notre fiction aujourd’hui, dont nous diffusons le premier épisode, porte justement sur l’état  de ces écoles, du danger et des risques que les enfants et professeurs prennent en venant tous les jours étudier et enseigner. Sur ce scandale que personne n’a vraiment l’air de prendre au sérieux !

Il y a un an, la scénariste Mariannick Bellot est partie enquêter sur cette histoire et a travaillé avec l’association La Marelle à Marseille où elle était en résidence et avec qui nous avons conçu ce projet. Mariannick a enquêté, recherché des témoignages, rencontré des témoins assisté à l’émergence de collectifs citoyens mobilisés pour lutter et construit ainsi son scénario à partir du réel, de ce réel !

Cela fait en effet plusieurs années que des parents, des instituteurs, des associations protestent auprès de la municipalité contre l’état d’insalubrité des écoles. Un collectif de parents du 3eme arrondissement de Marseille dénonce, je cite, « les cours de récréation et classes inondées en cas de pluie avec écroulement de faux plafonds, des salles inaccessibles car les portes ne s’ouvrent plus, des rats, des cafards et pigeons morts dans les plafonds, des sorties de secours dangereuses, des chauffages en panne, pas de toilettes propres etc… » Les parents disent la peur qu’ils ont de laisser leurs enfants le matin à l’école.

Le premier épisode débute par Béatrice, directrice de l’école des Flamands qui est inquiète pour ses élèves car le préau de la cour de récréation sous l’effet du mistral bouge dangereusement. Elle essaie de contacter l’entreprise qui l’a construit.

Extrait du scénario

Séquence 1.    

Extérieur, Rue, téléphone

Note : on n’entend que les répliques de la personne qu’on accompagne, les réponses de son interlocuteur étant inscrite pour un confort de jeu des comédiens, et leur donner une possibilité d’assouplir les dialogues en improvisant légèrement.

Les personnages marchent dans la rue, sortent de chez eux, rentrent dans leur voiture, etc : ils sont pris à un moment de leur activité quotidienne. L’environnement peut être parfois assez bruyant (Marseille le matin).

Nathalie Drouin est cheffe d’entreprise, de l’entreprise de ferronnerie et serrurerie Entreprise Drouin et fille. 

Il est 7h20, on entend sa voiture arriver sur le parking de l’entreprise.

Tout en répondant au téléphone, elle sort de sa voiture, verrouille le véhicule, se dirige  vers le bâtiment. La conversation la fait s’arrêter à mi chemin et faire demi-tour. 

Narrateur:Jeudi 6 septembre, 8h20, Nathalie

Nathalie Drouin : Allô, entreprise Drouin et fille ?

Béatrice : Madame Drouin ?

Nathalie Drouin : Oui, c’est bien moi.

Béatrice :  C’est Béatrice Paère, la directrice de l’école des Flamands. Je vous appelle parce que hier à la dernière récréation, on a remarqué que les tournesols de la cour de récréation du haut vibraient. Et ce matin c’est pire.

Nathalie Drouin : Comment ça les tournesols vibrent ?

Béatrice : Eh bien, ils tremblent sur leur socle. Ils font un drôle de bruit.

Nathalie Drouin : Un drôle de bruit comment ?

Béatrice : Une sorte de sifflement « whouhou », et des grincements métalliques…

Nathalie Drouin : Vous voulez dire que le mistral les fait bouger ? Des tournesols de 305 kilos ?

Béatrice : On est très inquiètes avec les petits…

Séquence 2.    

Extérieur, Rue, téléphone

En arrière fond sortie d’école, les parents déposent leurs enfants le matin. On s’éloigne avec Paul André, il est 8h20.

Il marche vite, en circulant dans des petites rues moins fréquentées. Son téléphone sonne. 

Narrateur : Jeudi 6 septembre, 8h25, Paul André

Paul André : (contenant mal sa joie) Allo, Silvia ? 

Silvia : Je te dérange pas ?

Paul André : Non, non pas du tout… Tu tombes bien, je viens juste de déposer Baptiste à l’école… 

(plein d’espoir) Tu veux qu’on se voie ? 

Silvia : Non, non, j’ai pas beaucoup de temps…

Paul André : J’ai une demie heure avant d’aller au boulot, je peux m’arranger pour venir, si tu (me) veux… 

(il a fait un lapsus, mélangeant « si tu veux » et « si tu me veux »)

(insistant sans s’en rendre compte, comme un gosse)

Tu veux qu’on se voie ?

Silvia : Paul André, arrête un peu, tu veux ? Je veux pas qu’on se voie. Tu le sais.

C’est horrible quand on se voit. Après on est malheureux tous les deux, et je ne veux plus être malheureuse. Et je ne veux pas que tu sois malheureux non plus.

Paul André : Non mais si je suis malheureux ou pas avec toi, c’est à moi d’en juger…

(il chuchote, totalement épris)

Tu m’as tellement manqué… Tu me manques tellement ma chérie…

S’il te plaît…

Silvia : Ecoute, s’il te plait, fais quelque chose pour moi. Il n’y a qu’à toi que je peux demander ça. 

Paul André : Me demander quoi…

Invitée Stéphanie Harounyan

Pour comprendre comment dans la seconde plus grande ville de France de tels problèmes surgissent et durent depuis de nombreuses années, nous recevrons la journaliste Stéphanie Harounyan qui vit et travaille à Marseille pour le journal Libération, notre partenaire aujourd’hui. Elle a suivi et signé de nombreux articles sur les écoles délabrées de la ville.

Scénariste Mariannick Bellot

Mariannick Bellot tient à remercier le collectif Pour la Rénovation des Ecoles, l'association La Marelle, résidence d'écriture, Sandrine Dollinger de l'école Nationale à Marseille et ses élèves et Morgane Rémy 

Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille
Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille © Radio France / Mariannick Bellot

La suite et fin de la fiction vendredi 10 mai à 15H00 !

Pour information notre partenaire Libération organise une RENCONTRE-DÉBAT ANIMÉE PAR LAURENT JOFFRIN, MARDI 14 MAI à 19 H, LA FRICHE LA BELLE DE MAI restaurant les Grandes Tables, 41 Rue Jobin 13003 Marseille.

Drame de la rue d'Aubagne, écoles, élections municipales, affaires... Quelle est la place de Marseille dans les médias? Marseille bashing: la ville victime ou coupable? Médias nationaux, régionaux ou locaux, comment traitent-ils l'actualité? 

Alors que Libé vient de créer sa newsletter spéciale Marseille, Laurent Joffrin et les journalistes de Libération, Marsactu, la Marseillaise, le Monde, la Provence, le Ravi et France 3 débattront de ces sujets et répondront à vos questions. Entrée libre sur réservation ici 

Générique

« Ecoles marseillaises : attention travaux ! »  Episode 1

Une fiction écrite par Mariannick Bellot

Réalisée par Laurence Courtois

Avec :

  • Mustapha Abourachid 
  • Ariane Ascaride   
  • Nathalie Boutefeu 
  • Marina Cappe  
  • Claire Dumas 
  • Eloïse Filippi 
  • Françoise Henry-Cumer 
  • Cédric Ido 
  • Isabelle Joly 
  • Marc Léonian 
  • Grégoire Monsaingeon 
  • Juliette Navis
  • Et les voix de Teddy Melis, Manon Leroy, Sébastien Falgain
  • Et les élèves de Sandrine Dollinger et de l’école de Marseille
  • Bruitage : Elodie Fiat
  • Prise de son, montage, mixage : Manuel Couturier, Emmanuel Armaing
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu

Mariannick Bellot a bénéficié, pour l’écriture de ce texte, de la bourse de résidence de La Marelle, à Marseille.

Merci à Éléonore Lanoé, Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence

à Estelle Ferrari, Pascal Jourdana et à toute son équipe.

Merci à Philippe Pujol, Xavier Monier, Corinne Mezoni

Merci au collectif Marseille Contre les PPP devenu collectif Pour la Rénovation des écoles

Programmation musicale :

  • CHILLA : 1er jour d'école
  • MOUSSU T E LEI JOVENTS : Bons baisers de Marseille
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.