Affaires sensibles/la Fiction vous propose « Fassbinder, la peur en question »

Le réalisateur Rainer Werner Fassbinder en 1970
Le réalisateur Rainer Werner Fassbinder en 1970 © Maxppp / Istvan Bajzat/picture-alliance /dpa

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose « Fassbinder, la peur en question »

Une émission proposée par Christophe Barreyre

Ecrite par julien Barazer

Réalisée par Cedric Aussir

Rainer Werner Fassbinder, le génie du cinéma allemand est mort à 37 ans, après avoir écrit et réalisé 42 films et une vingtaine de pièces de théâtre. Aussi radical que provocateur, son ambition a toujours été de faire voler en éclat les tabous de la société allemande, de décrire les rapports de pouvoir et de domination aussi bien personnel que politique. En 1975, il met en scène à Francfort, dans le théâtre qu’il dirige, sa nouvelle pièce, « Les ordures, la ville et la mort ». Un projet sulfureux, une charge anticapitaliste, qui met en scène les bas-fonds d’une société corrompue par l’argent, pris au piège d’un système qui joue sur la peur et la haine du personnage du riche juif qui profite de son statut pour exploiter les autres personnages.

Le scandale est énorme outre-Rhin. On accuse la pièce d’être antisémite. Le soir de la première, le spectacle est interrompu par des membres de la communauté juive de Francfort, venus protester contre la pièce.

Des voix s’élèvent contre cette décision d’interdiction, notamment celle de Gilles Deleuze qui publie le 18 février 1977, une tribune dans « Le Monde ». Dans laquelle il écrit qu’il ne faut pas confondre « énoncé et énonciateur », et que « cette interdiction fait le jeu des néo fascistes !

Cependant les protestations n’y feront rien, la pièce attendra 1987, soit cinq ans après la mort de Fassbinder, pour sa première mondiale à New York et le film « L’ombre des anges », ne sera programmé, que beaucoup plus tard, lors de rétrospectives comme au festival de Locarno en 1999 ou encore en France à la cinémathèque de Paris en 2011.

Cette fiction est la première d’une série de cinq écrite par un jeune scénariste de la Fémis pour Affaires sensibles. En effet tout au long du mois de Mars nous diffuserons les vendredis des fictions écrites par des jeunes auteurs de cette grande école de cinema qui partagent avec nous la même passion pour la radio.

Extrait du scénario

  1. LE FILM N’EXISTE DÉJÀ PLUS

Le son de l’intro est interrompu par la sonnerie d’un vieux téléphone à cadran. Fassbinder est installé à son bureau, il tape nerveusement un texte sur sa machine à écrire. Il finit par décrocher. On sent à sa voix qu’il est contrarié.

FASSBINDER : Fassbinder !

INGRID : C’est moi, Ingrid.

FASSBINDER : Tu tombes mal, je suis d’une humeur de chien. Je n’ai pas quitté l’appartement depuis des jours, c’est le seul endroit encore à peu près vivable sur cette terre, enfin je parle surtout de mon bureau. Munich me dégoute, je devrai m’en aller, on étouffe ici. Je vais m’exiler à Hollywood ou te rejoindre à Paris. C’est comment là-bas en ce moment ?

INGRID : Paris est comme toujours : sale et sublime. Tu as reçu la nouvelle ?

FASSBINDER : Non. Je ne sors pas et je ne m’informe plus. En ce moment, tout m’emmerde profondément et je sens, au son de ta voix, que ça ne va pas s’arranger.

INGRID : Ils viennent d’interdire « L’ombre des anges » en France.

Les comédiens en répétition
Les comédiens en répétition © Radio France

NOTRE INVITE: Pierre Maillet

Pierre Maillet
Pierre Maillet © Aucun(e)

Membre fondateur des Lucioles, compagnie conventionnée en Bretagne, Pierre Maillet est acteur et metteur en scène. Il est actuellement artiste associé à la Comédie de Caen et à la Comédie de Saint-Etienne.

Il a mis en scène Fassbinder, Peter Handke, Philippe Minyana, Laurent Javaloyes, Lars Noren, Jean Genet, Rafaël Spregelburd. En 2013/2015, il a mis en scène Little Joe, et plus récemment Letzlove/Portrait Foucault d’après les entretiens de Thierry Voeltzel avec Michel Foucault ; La journée d’une rêveuse (et autres moments…) de Copi avec Marilù Marini et La Cuisine d’Elvis de Lee Hall, tous trois actuellement en tournée...

Il travaille régulièrement comme comédien avec Marcial Di Fonzo Bo, Elise Vigier, Matthieu Cruciani et Guillaume Béguin… Au cinéma il a travaillé avec Ilan Duran Cohen, Emilie Deleuze, Louis Garrel, Justine Triet…

LE SCENARISTE: Julien Barazer

Julien Barazer
Julien Barazer © Radio France

Julien Barazer, vit et travaille à Paris. Après des études en cinéma à Douarnenez puis à Rennes, il s’oriente vers le théâtre et réalise ses premières mises en scène autour de textes de Pasolini, Fassbinder, Genet, Lagarce… En 2009, il participe au « Festival International des Traditions du Jeu de l’Acteur » à Buenos Aires, dont il reprendra l’organisation jusqu’en 2014. En 2015, il intègre l’atelier scénario de La Fémis, dirigé par Éve Deboise. Il y développe l’écriture de son premier long-métrage « Le serment des lutteurs ». Actuellement, il travaille sur l’écriture de fictions radiophoniques pour France Inter. Il intervient également auprès d’artistes dans des missions d’accompagnement, notamment pour Yann Tiersen, Luciano Rosso, Alfonso Baron, Hermes Gaido (compagnie argentine Un Poyo Rojo) ou encore la musicienne Tiny Feet.

Fassbinder: la peur en question

de Julien Barazer

Avec:

Damien Houssier : Rainer Werner Fassbinder

Elise Caron : Ingrid Caven

Pierre Moure : Armin Meier

Bruitage : Sophie Bissantz

Prise de son, montage, mixage : Olivier Duprès et Emmanuel Armaing

Assistant à la réalisation : Cédroc Aussir

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.