Aujourd’hui dans Affaires Sensibles , la lutte du Larzac dans les années 1970.

larzac
larzac © créative commons / lesyeuxpourvoir

Pour toute une génération, le Larzac n’est plus seulement une région du sud de la France, c’est un véritable mythe. Il suffit de rappeler certains slogans – « gardarem lo Larzac » ; de voir quelques images – une brebis avec un casque militaire fleuri – de réentendre les paroles d’une chanson – « des moutons pas de canons ! », pour que revienne en mémoire le souvenir de cette résistance symbolique.

Pendant plus de dix ans, de 1970 à 1981, les paysans du Larzac s’opposent à l’agrandissement d’un camp militaire qui prévoie l’expropriation des terres de plusieurs d’entre eux. Les gouvernements se succèdent, les ministres changent, mais tous retrouvent sur leur chemin les opposants au projet. Des opposants qui ont fait de la désobéissance civile et de la non-violence leurs fers de lance.

En dix ans, le combat des paysans se transforme en un incroyable mouvement national sur lequel s’agrègent des hommes et des femmes de la France entière, et avec eux, toutes les luttes de l’époque : anticapitalisme, antimilitarisme et écologisme. Au Larzac, on expérimente le rêve soixante-huitard de l’imagination au pouvoir. Pour de nombreux paysans, c’est un baptême du feu politique. À force d’audace, de liberté et d’originalité, cette lutte devient un formidablechamp des possibles.

Nos invités :

Léon Maillé et Michèle Vincent , qui ont tous les deux participé à la lutte du Larzac.

Reportage d’Anaëlle Verzaux :

A Notre-Dame-des-Landes où se joue aujourd’hui un combat qui a de fortes résonances avec le Larzac des années 1970.

Archive INA :

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.