Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, retour sur l’un des plus grands évènements de l’histoire de la médecine : la première greffe du cœur réalisée par le Dr Christiaan Barnard et son équipe, dans la nuit du 2 au 3 décembre 1967, au Cap en Afrique du Sud.

Docteur Christiaan Barnard
Docteur Christiaan Barnard © / Benito Prieto Coussent

« Une révolution pour la science et un changement de paradigme dans l’histoire de l’humanité », voilà comment le journal Le Monde annonçait la nouvelle : celle d’un incroyable progrès scientifique, un progrès qui venait en l’espace d’une nuit de trouver sa place en Une de l’actualité.

L’opinion publique, fascinée, découvrait alors le visage d’un jeune et sémillant médecin, mélange entre le gendre idéal et l’acteur hollywoodien. Un jeune praticien jusque-là méconnu de tous, même de ses pairs et qui allait devenir un véritable pionnier : le premier à avoir échangé un cœur entre deux êtres humains. Réalisant là le fantasme absolu de la chirurgie d’alors : une « transplantation cardiaque ».

Au moment même où les Etats-Unis et la France se disputent la première place au titre de la recherche en Cardiologie, c’est pourtant à l’hôpital du Cap, en Afrique du Sud, que le Dr Barnard allait bouleverser l’échiquier de la science. Mais alors pourquoi a-t-il réussi avant les autres? Et pourquoi là-bas en Afrique du Sud ? Et enfin dans quelles conditions s’est déroulée cette incroyable opération ?

Après le récit, pour revenir avec nous sur cette histoire fantastique, notre invité : le professeur Gilles Dreyfus . Cardiologue et chirurgien de renommée internationale, il est directeur médical du Centre Cardio-Thoracique de Monaco. Il a pratiqué au cours de sa carrière plus de 500 greffes cardiaques et plusieurs milliers d’opérations à cœur ouvert. Il nous apportera son témoignage depuis les studios de France Bleu Azur à Nice.

Archive INA : Les 30 ans de la première greffe du coeur.

Les liens

Fiction Affaires sensibles sur la première greffe du coeur

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.