On les a dits « diaboliques », « maudits » ou « envoûtés ». Pour raconter leur terrible histoire, journalistes et écrivains ont convoqués Racine, Médée et toute la mythologie grecque. Le 8 novembre 1954, Denise Labbé assassine sa fille de 2 ans pour satisfaire son amant, Jacques Algarron. En 1958, débute leur procès.

16 février 1955 à Rennes, Denise Labbé et son amant Jacques Algarron
16 février 1955 à Rennes, Denise Labbé et son amant Jacques Algarron © AFP / Intercontinentale

Le procès des « amants de Vendôme » comme les surnomme la presse, sera l’un des plus retentissant de l’après-guerre. Il parle d’une époque et de ses angoisses, d’une France effrayée par sa jeunesse, par le bouleversement des repères moraux et par toutes ces nouvelles idées germanopratines. L’affaire soulèvera aussi de nombreuses questions de droit : comment juger de l’influence (aujourd’hui on parlerait d’emprise) d’un amant sur sa maîtresse ? Peut-il y avoir « un assassin de fait » et « un assassin moral » ? Pour nous accompagner dans les méandres du prétoire, vous entendrez tout au long du récit la voix du célèbre chroniqueur Frédéric Pottecher, le tribun du tribunal. Mais peut-être aurions-nous eu besoin, nous aussi, d’un peu de littérature…

Un récit documentaire de Margaux Opinel 

Invité : 

Frédéric Chauvaud est professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Poitiers. Spécialiste de l'histoire de la violence, du crime, de l'expertise et du corps au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. 

Pour aller + loin : 

Programmation musicale : 

  • Gil Scott Heron : Me and the devil (2009)
  • Edith Piaf : Si tu partais (1947)
  • Rihanna : Love on the brain (2016)
Programmation musicale
L'équipe