Aujourd’hui dans Affaires Sensibles : la profanation du cimetière juif de Carpentras au mois de mai 1990.

« Humilier les morts pour terroriser les vivants » : plus d’un quart de siècle après les faits,l’Affaire de la profanation du cimétière juif de Carpentras reste, sans conteste, l’un des plus grands dossiers politico-judiciaires de la cinquième République :

  • Par sa nature tout d’abord : une profanation à la mise en scène démoniaque où les mots semblent dérisoires pour décrire la barbarie.

  • Par l’ampleur de ses répercussions ensuite : dans les jours qui suivent, la France plonge dans un état de chaos, à mi-chemin entre l’émotion nationale et la peur d’un embrasement.

  • Enfin, que dire de l’exceptionnelle mobilisation politique et médiatique qu’elle a suscitée. Une mobilisation qui ira jusqu’à faire descendre dans la rue un Président de la République en exercice. Du jamais vu !

Hors-norme à bien des niveaux, l’affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras nous replonge aussi dans la France de 1990, où certains responsables politiques attisaient quotidiennement la haine raciale et en appelaient à la désobéissance civile. Comment ne pas y voir là un lien de cause à effet ? Que s’est-il donc exactement passé en cette nuit du mois de mai 1990 dans le cimetière juif de cette commune du Sud de la France ? Pourquoi l’enquête a-t-elle mis plus de cinq ans à aboutir ? Quelles ont été les conséquences de cette affaire sur la vie publique française ?

Pour revenir avec nous sur ces questions et cette affaire, notre invité,l’ancien ministre de l’Intérieur et ancien président de la Cour des Comptes, Monsieur Pierre Joxe . Il a été en première ligne dans ce dossier.

Affaire de la profanation de la tombe de Félix Germon
Affaire de la profanation de la tombe de Félix Germon © © PHOTOPQR/LA PROVENCE

Archives vidéo

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.