C’est l’histoire d’une sale rumeur, de celle qui salit un homme au point de le tuer. Le 18 novembre 1936, Roger Salengro, ministre de l’Intérieur du gouvernement Léon Blum et maire de Lille, met fin à ses jours à la suite d’une infâme campagne de presse orchestrée par l’extrême-droite.

Une photo prise à Paris en juin 1936 de Roger Salengro, ministre de l'Intérieur sous le ministère du Front populaire dirigé par Léon Blum.
Une photo prise à Paris en juin 1936 de Roger Salengro, ministre de l'Intérieur sous le ministère du Front populaire dirigé par Léon Blum. © AFP

Des mois durant, on l’accuse – à tort – d’avoir déserté le champ de bataille en 1915. Une haute trahison, un crime sans pardon dans cette France encore profondément endeuillée par la Grande Guerre. Salengro aura beau se défendre, « il n'y a pas d'antidote contre le poison de la calomnie » déclare Léon Blum à ses funérailles. 

Près de 60 ans plus tard, un autre homme politique en fera le terrible constat : le 1er mai 1993, Pierre Bérégovoy, ancien Premier ministre de François Mitterrand, se tire une balle dans la tête, emporté par la spirale du soupçon. « Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu'on ait pu livrer aux chiens l'honneur d'un homme et finalement sa vie », lancera le Président lors de ses obsèques, comme en écho au discours de Léon Blum et à l’affaire Salengro, un symbole. Car au-delà de ses péripéties partisanes, locales, puis nationales, elle pose crûment la question, toujours d’actualité, de la liberté d’expression. Jusqu’où peut-on aller dans l’invective ? 

Un récit documentaire de Margaux Opinel.

Invité : 

Christian Delporte, historien des médias. Professeur des universités en histoire contemporaine à l'Université Saint-Quentin-en-Yvelines. Auteur d'une Histoire de la presse en France XXème et XXIème siècles, co-écrit avec Claire Blandin et François Robinet, chez Armand Colin (2016). En 2018, il publie une biographie de Philippe Henriot. La résistible ascension d'un provocateur, chez Flammarion

Son dernier livre : Charlie Hebdo. La folle histoire d'un journal pas comme les autres, chez Flammarion (automne 2020)

Programmation musicale : 

  • Edith Piaf : Adieu mon coeur (1946)
  • Louis Zucca &Choeurs : Le drapeau rouge (1936)
  • Gaetan Roussel :Tu ne savais pas (2020)
L'équipe