Manifestation "Solidarnosc", le 1er août 1981
Manifestation "Solidarnosc", le 1er août 1981 © Robert Maass/CORBIS

Plus qu’un événement parmi d’autres, cet épisode a fasciné ses contemporains par son audace, car pour la première fois dans un état communiste, un gouvernement a cédé face à un mouvement de contestation populaire. Un mouvement de la "Solidarité", d’où d’ailleurs son nom polonais "Solidarność".

Loin d’être spontané comme on le voyait en Europe, il était au contraire l’aboutissement d’un long processus de maturation d’autres expériences plus malheureuses acquises depuis 25 ans contre un pouvoir autoritaire. Au plus fort de sa mobilisation, Solidarność rassemblera près de 10 millions de personnes, soit 1/3 de la population polonaise de l’époque. Parmi eux, des ouvriers bien sûr, ceux des chantiers navals, mais aussi des travailleurs venus de toutes les usines du pays, des fonctionnaires des chemins de fer, des étudiants, des intellectuels… tous ensemble réunis sous le même drapeau pour réclamer plus de droits et de libertés dans une société polonaise qui en manquait cruellement.

Solidarność 1981
Solidarność 1981 ©

Pendant presque un an, malgré le spectre d’une intervention militaire soviétique, comme ce fut le cas à Budapest en 1956 ou à Prague en 1968, le mouvement a tenu. Pendant presque un an, dans une apparente volonté de dialogue, le gouvernement de Varsovie a fait mine d’accepter : la création de syndicats libres, le droit de grève, les hausses de salaires et plus de liberté pour l’église. Mais c’était sans compter qu’un an plus tard , les militaires, alors à la tête du pays, décrètent la fin de la partie. Solidarność interdit, ordre rétabli… Le glacis polonais pouvait enfin rentrer dans le rang de ces états satellites d’une Union soviétique aussi éprouvée que condamnée. Mais l’expérience syndicale lancée par les ouvriers des chantiers navals Lénine à Gdansk n’allait pas rester lettre morte, continuant dans la clandestinité pendant plusieurs années, elle contribuera à fin du communisme en Pologne et sera un des éléments parmi d’autres qui provoqueront la chute du mur, à Berlin, en novembre 1989.Quelles sont les origines de Solidarność ? Comment ce mouvement a-t-il été créé ? Quel a été son rôle dans la société polonaise des années 1980 ?

Bernard Guetta sera notre invité, témoin privilégié de ce soulèvement populaire polonais, qu’il a couvert comme correspondant pour le quotidienLe Monde . Journaliste et grand reporter, prix Albert Londres 1981, que vous pouvez retrouver tous les matins sur France inter pour sa chronique géopolitique à 8h19.Vous entendrez également le reportage d’Anaëlle Verzaux .

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.