Rediffusion

C’est un temps que les moins de 30 ans n’ont pas connu, c’était avant 1981. Un temps où la bande FM était un continent quasi vierge. S’aventurer sur ces zones interdites était un délit puni par la loi. C’était le temps des radios d’Etat ou des radios périphériques, dès lors que leurs émetteurs étaient installés de l’autre côté de nos frontières, à quelques encablures, mais de l’autre côté. Hors de cet espace, point de salut. C’était une époque, c’était hier, où les sphères du pouvoir politique se prenaient pour les rédacteurs en chef de nos informations quotidiennes.

Manifestation de soutien aux radios libres devant l'Assemblée Nationale, 22/09/1981
Manifestation de soutien aux radios libres devant l'Assemblée Nationale, 22/09/1981 © Sipa

Mais dès lors que les règles ne correspondent plus aux aspirations de la société, elles ont vocation à être contournées. On appelle ça la liberté. Ainsi, de 1977 à 1981, des amateurs, baroudeurs de la FM, un peu fantasques et utopistes, se sont lancés dans la révolte contre le monopole. Ils ont émis, diffusé des idées… Ils ont ouvert l’espace à des cultures interdites, censurées. C’est la raison pour laquelle on parlait de radios libres.

Alors tendez l’oreille, beaucoup des archives que nous allons diffuser aujourd’hui en constituent un témoignage saisissant, exhalant un doux parfum de nostalgie aux arômes de liberté, d’audace et d’espièglerie… une période qui dura quatre ans.

« Radio Libre », ça veut dire quoi ?

Invité

Pour en parler, nous recevrons Christophe Bourseiller, acteur, journaliste, collectionneur► Une émission à suivre, commenter et partager sur Facebook .

Les liens

Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.