Quand Giscard fait son cinéma !

Valéry Giscard d'Estaing candidat à la présidence de la République joue à la pétanque avec Jacques Médecin, maire de Nice, en avril 1974. A droite, Raymond Depardon filme la scène.
Valéry Giscard d'Estaing candidat à la présidence de la République joue à la pétanque avec Jacques Médecin, maire de Nice, en avril 1974. A droite, Raymond Depardon filme la scène. © AFP / RALPH GATTI

VGE. Un petit surnom, en trois lettres, pour dire que Valéry Giscard d’Estaing est un homme simple, proche des Français. Un acronyme valorisant, aussi, qui rappelle sa stature, à l’égal d’un JFK, que Valéry Giscard d’Estaing admire depuis leur rencontre à la Maison Blanche.

En 1974, alors qu’il candidate aux élections présidentielles, VGE s’inspire de son modèle américain, en faisant le pari de la médiatisation. Comme John Kennedy, filmé par Richard Leacock en 1960, il accepte d’être suivi par un réalisateur pendant la campagne électorale. Ce réalisateur, alors méconnu du monde du cinéma, c’est Raymond Depardon.

JFK à la Française

A l’époque, c’est inédit, personne n’a encore jamais filmé les coulisses d’une campagne, et encore moins l’intimité d’un homme politique français. L’ère de la communication politique est en train de s’ouvrir, sous l’œil scrutateur d’une caméra.

Mais après sa victoire, Valéry Giscard d’Estaing s’oppose à la diffusion du film de Raymond Depardon, film mis au placard pendant 28 ans, jusqu’en 2002. Une censure incompréhensible quand on voit l’objet du délit, qui conférera au film la réputation de film-martyr, puis de film culte.

Retour sur un film documentaire majeur, 1974, une partie de campagne, incarnation d’une époque fondatrice dont les échos sont plus que jamais perceptibles, alors qu’un nouveau « JFK à la Française » vient d’être élu président, Emmanuel Macron.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Notre invitée: Christine Masson

Christine Masson est journaliste à France Inter, elle présente l’émission On aura tout vuavec Laurent Delmas, tous les samedis matin. Passionnée de cinéma, elle est aussi l’auteure de Aller au cinéma ou faire l'amour, publié cette année aux éditions Textuel/Radio France. En 2001, alors journaliste chez Capa, elle convainc Valéry Giscard d’Estaing de dire oui à la diffusion du documentaire de Depardon...

Programmation musicale:

  • Michel JONASZ "Super nana"
  • Billy SWAN "I can help"
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.