Aujourd’hui dans Affaires sensibles, l’histoire du plastique. Ou plutôt devrions-nous dire des matières plastiques. Invitée Nathalie Gontard, directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), spécialisée dans les questions d’emballage alimentaire.

PHILIPPINES : Teresita Gapayao, 51 ans, charognarde depuis 12 ans, se promène dans les ordures à l'aide d'un radeau de fortune en polystyrène sur l'Estero de Vitas à Tondo, Manille.
PHILIPPINES : Teresita Gapayao, 51 ans, charognarde depuis 12 ans, se promène dans les ordures à l'aide d'un radeau de fortune en polystyrène sur l'Estero de Vitas à Tondo, Manille. © AFP / NOEL CELIS

« Le plastique, non merci ! » journée spéciale sur France Inter et Konbini, mercredi 5 juin 2019

PVC, polystyrène, polyéthylène : tous ces noms qu’on a déjà entendus sans vraiment les connaître ont envahi la planète en quelques décennies.

Oui, posez un instant votre regard autour de vous, et réalisez tout ce qui est en plastique. D’abord le poste de radio, l’ordinateur ou le téléphone avec lequel vous écoutez cette émission. Ensuite, peut être avez-vous du plastique très proche de vous, collé à votre peau. Regardez l’étiquette de vos vêtements. Nylon, polyamide, polyester… Encore du plastique. L’habitacle de votre voiture, les jouets de vos enfants, vos appareils électroménagers… Toujours du plastique.

Après la fin de la Seconde guerre mondiale, le plastique a révolutionné nos existences. Il a été  le grand allié du progrès technologique, de la fabrication des ordinateurs à la conquête spatiale. Nous ne vivrions pas dans le même monde s’il n’y avait pas eu le plastique.

Mais cette matière est également le symbole de la société de consommation, de la mondialisation et de ses effets pervers, de la dépendance au pétrole, d’une société du tout-jetable et de l’irresponsabilité des pays et des entreprises face à la pollution. 

Pour se rendre compte de l’étendue du problème, un chiffre saisissant. En 2016, dans le monde, 480 milliards de bouteilles en plastique ont été produites, vendues et jetées quelques minutes après usage. Seul 7% ont été recyclées. 

Issu du grec ancien « plastikos », qui signifie « propre au modelage », les matières plastiques ont modelé une nouvelle société depuis 70 ans. Une société qui, si elle ne réagit pas, verra des Océans avec plus de plastique que de poissons d’ici 2050.

Cette matière présentée comme fantastique nous a menés vers une situation tragique. Nous ne pouvons plus vivre sans plastique, et pourtant, il nous empoisonne.

Invitée Nathalie Gontard

Nathalie Gontard, directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Spécialisée dans les questions d’emballage alimentaire, elle développe des solutions pour réduire les déchets en plastique. 

Nathalie GONTARD
Nathalie GONTARD © Radio France / Valérie Priolet

Ressources complémentaires

Programmation musicale : 

  • GORILLAZ/Damon ALBARN : Plastic beach
  • RADIOHEAD : Fake plastic trees
  • KATERINE : Sac en plastique 
Les invités
  • Nathalie Gontardchercheuse à l'Inra, spécialisée dans la lutte contre les emballages
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.