Une usine menacée de fermeture se met en grève et c'est le monde des ouvriers qui s’écroule. Voici la lutte des Contis de Clairoix (Hauts-de-France).

Clairoix, France, le 17 mars 2009, les employés de l'usine Continental toujours en greve avec Mathieu Xavier, délégué CGT.
Clairoix, France, le 17 mars 2009, les employés de l'usine Continental toujours en greve avec Mathieu Xavier, délégué CGT. © Maxppp / Christophe Bertolin / IP3 PRESS

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose « Après les Contis »

  • Une émission proposée par Christophe Barreyre
  • Écrite par Mariannick Bellot
  • Réalisée par Laurence Courtois

Cette fiction veut nous raconter une hypothèse, tenter de répondre à une question, y-a-t-il un après possible ? Que se passe-t-il pour les ouvriers d’une usine qui ferme ? A quelle vie peuvent-ils rêver ? Quelle lutte peut les aider ?

Après des mois de bataille, une usine en grève, le monde des ouvriers s’écroule; se succèdent les négociations et les chantages, les menaces et les cris de victoire, le chômage, les retraites anticipées, les négociations de départ, les congés de reconversion, le pôle emploi….Il va falloir que tous s’y fassent. Oublier le passé, les heures glorieuses, l’usine.

La lutte des Contis en 2010, a été une révolte longue, opiniâtre, syndicale, populaire et radicale. Plusieurs mois de conflit, de manifestations, de rencontres, d’une colère cathodique dans la sous-préfecture, de longues négociations, puis de la fermeture, inéluctable ! Alors c’est la fin d’un monde ! Tout s’efface ?

Comme chez Danone à Calais, chez Airbus à Toulouse, Fralib à Gémenos, à PSA d’Aulnay ou chez Arcelor Mital à Florange . Et pour revenir dans la région d’Amiens tout près des Contis, la fermeture de Goodyear et le licenciement de 1143 ouvriers en 2014. Cette liste est loin d’être exhaustive, plusieurs autres sites ont fermé ou sont menacés pour toujours plus de rentabilité. Si les marchés financiers et les actionnaires semblent se porter mieux, les licenciés eux sont avec le temps qui passe encore plus fragilisés, oubliés.

Extrait du scénario

PUPUCE

Pendant ton arrêt de travail, on a mis un nouveau sur ton poste. (il fait glisser un papier vers elle) Tu peux m’expliquer ces chiffres ? Vas-y, lis tout fort.

SAMIA

Yvan Boulanger, moyenne de production journalière, 575 pneus. Samia Sommé, moyenne de production journalière, 509 pneus.

PUPUCE

C’est quoi le problème ?

SAMIA

Où tu vois un problème ?

PUPUCE

Tu vois pas de problème ?

SAMIA

Non. Regarde mon contrat. Vas-y, lis tout fort. Tu veux pas lire ? C’est marqué, objectif journalier, 509 unités. Je fais combien, 509 unités. Il n’y a pas de problème.

PUPUCE

Comment que t’expliques que le petit nouveau là, il te mette 60 pneus dans la vue ?

SAMIA

Un, il a 22 ans. Deux, il veut être intégré en CDI. Et puis il a pas tout compris à comment ça fonctionne, les primes, avec votre base de calcul. Ca va lui faire tout drôle quand quelqu’un va lui expliquer que grâce à lui, dans deux mois la base elle passe de 509 à 560, et qu’il touchera plus rien pour les unités qu’il sort en prime.

PUPUCE

Moi j’ai une autre explication. Un : t’es pas motivée. Deux : t’es représentante syndicale et tu te crois au dessus des autres.

SAMIA

Ben je fais 1 mètre 85, mais je me crois pas au dessus.

PUPUCE

Je te parle en tant que chef d’atelier. T’as pas l’air motivée, Samia. Non le fond du problème, c’est que tu démotives les autres.

SAMIA

Ben voyons.

Répétitions (Dominique Parent, Garance Chansigaud, Assane Timbo)
Répétitions (Dominique Parent, Garance Chansigaud, Assane Timbo) © Radio France / Mariannick Bellot
Slimane Yefsah qui joue le DRH
Slimane Yefsah qui joue le DRH © Radio France / Mariannick Bellot
Bibi Jacob et Tibor Radvanyi
Bibi Jacob et Tibor Radvanyi © Radio France / Mariannick Bellot

Notre invité Pierre Sommé

Pierre Sommé
Pierre Sommé / Pierre Sommé

Pierre Sommé était secrétaire du comité d’entreprise de Continental. « J’ai 50 ans. Je suis en couple, nous ne sommes ni mariés, ni pacsés. J’ai deux filles : Aurore qui a 19 ans est en licence d’anglais à l’université d’Amiens, Romane qui va bientôt avoir 13 ans et qui est en cinquième. Je suis originaire d’Hirson dans l’Aisne. Je suis venu dans l’Oise, c’était complètement sinistré niveau travail. J’ai été embauché par Continental en juin 1988 en tant que confectionneur. J’ai été licencié une première fois en mars 2010 puis réintégré en octobre 2010 et licencié de nouveau en 2012. » Il a heureusement retrouvé du travail.

La scénariste Mariannick Bellot

Mariannick Bellot
Mariannick Bellot / Fanny Dion

Mariannick Bellot écrit pour la radio, le théâtre, le cinéma, le web ou la télévision, au gré de rencontres fortes avec des réalisateurs et des metteurs en scène. Elle réalise aussi des documentaires et des fictions pour différentes radios européennes, récompensés par plusieurs prix internationaux. Ses fictions sont inspirées par des documentaires, et ses documentaires par des fictions. Son site ici.

Mariannick Bellot participera le 13 mai prochain au Salon du livre jeunesse de Villejuif pour son roman "J'aime pas les filles" publié chez *Actes-Sud

Laurence Courtois
Laurence Courtois © Radio France / Mariannick Bellot

C'était "Après les Contis" de Mariannick Bellot

avec

  • Samia Sommé: Marie-Bénédicte Roy
  • Pupuce: Dominique Parent
  • Eric Bonpoint: Assane Timbo
  • Claire Liviano: Garance Chansigaud
  • Mehdi Sifaoui: Slimane Yefsah
  • Arianne: Bibi Jacob
  • Et les voix de: Mariannick Bellot, Vladimir Perrin et Tibor Radvanyi
  • Bruitages: Sophie Bissantz
  • Prise de son, montage et mixage: Amandine Grevoz et Jehan-Richard Dufour
  • Assistant à la réalisation: Pablo Valero
  • Réalisation: Laurence Courtois

Merci à Pierre Sommé, Roland Szpirko et Dominique Olivier.

  • Programmation musicale: LES VILARS "Démission (pour Claire) et John LENNON "Working class hero"
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.