De 1991 à 1997, Guy Georges tue sept femmes à Paris. La plupart, dans l’est de la capitale, d'où son surnom.

Guy Georges surnommé le "tueur de l'est parisien"s'entretient avec son avocat, le 19 mars 2001
Guy Georges surnommé le "tueur de l'est parisien"s'entretient avec son avocat, le 19 mars 2001 © AFP / JACK GUEZ

De 1991 à 1997, Guy Georges tue sept femmes à Paris. La plupart, dans l’est de la capitale, d'où son surnom. Pendant toutes ces années, les policiers du 36 quai des orfèvres vont chercher, enquêter, buter... jusqu'au traumatisme professionnel.

Les Français eux, découvrent la figure du serial killer, qu’ils pensaient réservée aux Etats-Unis, et une sorte de psychose collective, auto-alimentée, gagne la capitale et le pays tout entier. Pendant plusieurs mois, les policiers traquent ce tueur qu’ils ne parviennent pas à identifier. Ils disposent d'un ADN commun retrouvé sur plusieurs victimes, mais impossible de mettre un nom sur "le tueur de l’Est parisien".

Qui est-il ? Où est-il ? Les deux questions de base auxquelles tout policier qui ne trouve pas de réponse, est un policier en échec.

L'invité

Pour revenir sur les difficultés de l'enquête, notre invité est Frédéric Tellier, réalisateur du film L'affaires SK1, qui retrace l'histoire de la traque de Guy Georges.

Vidéo INA :

Réécoutez l'entretien réalisé avec Patrice Bertin, journaliste, ancien directeur de la rédaction de France Inter. Il est l’auteur du livre "Serial Douleur, sept familles face à Guy Georges" , publié en 2004.

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.