Aujourd’hui dans Affaires sensibles, l’histoire d’un club de football brésilien qui a expérimenté un mode de fonctionnement démocratique en pleine dictature. Ce club, c’est le SC Corinthians, une équipe de Sao Paulo très populaire dans tout le pays. Invité David Ranc enseignant chercheur en sciences sociales.

FBL-BRAZIL-CORINTHIANS
FBL-BRAZIL-CORINTHIANS © AFP / YASUYOSHI CHIBA

Tordons le cou à une idée reçue : Non, les footballeurs ne sont pas tous des machines à jouer assises sur un tas d'or...certains ont une conscience, voire une conscience politique. 

Pour preuve, voici l'histoire d'un club qui fut bien plus qu'un club : le Sc Corinthians, une équipe de Sao Paulo, très populaire dans tout le Brésil, où l'on a expérimenté un mode de fonctionnement démocratique dans un pays écrasé par la dictature. 

En 1964, des généraux imposent une dictature au Brésil, en supprimant les élections au suffrage direct et en emprisonnant les opposants. La panoplie complète du régime fasciste comme il en existe tant en Amérique du Sud à cette époque. Pendant 20 ans, une chape de plomb va peser sur toute la société brésilienne, y compris dans les clubs de foot.

En 1981, suite à un changement de président, un jeune sociologue va être nommé directeur sportif du SC Corinthians.  Alors qu’il ne connaît presque pas le football, il va proposer une méthode aux joueurs : le débat et un système de vote pour tous les aspects de la vie du club. Chaque personne du club dispose d’une voix et tout le monde peut donner son avis.

Ce fonctionnement va être baptisé « démocratie corinthiane ». Une expérience qui n’aurait jamais pu voir le jour sans le soutien  et la participation active des joueurs. Parmi eux, on retrouve notamment Socrates, joueur de classe mondiale mais également médecin, Wladimir, arrière-gauche talentueux et syndicaliste engagé, et Casagrande, jeune avant-centre prolifique fan de rock’n roll.

Grâce à leurs discours et leurs actions, tous les salariés du club ont participé au large mouvement populaire qui a conduit à la chute de la dictature en 1985.

Au pays où le football est roi, des hommes ont montré que ce sport pouvait aussi être un modèle d’organisation démocratique et un outil de lutte sociale.

Invité David Ranc

David RANC
David RANC © Radio France / Valérie Priolet

David Ranc est enseignant chercheur en sciences sociales à l’ESSCA. Pour l'Unesco, il a co écrit un rapport sur la lutte contre les discriminations dans le football intitulé "Couleur, quelle couleur ?". Ses recherches porte sur les identités des supporteurs de foot et plus largement la question politique dans le sport. Son article sur la démocratie corinthiane en ligne ici. 

Ressources Documentaires

Livres : 

Films :

Programmation musicale :

  • Gilberto GIL : Toda menina baiana
  • CAJU & CASTANHA : Truva de corinthians X sao paulo
  • Arlindo CRUZ : Tatu bom de bola
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.