L’autre vie de François Mitterrand, celle que les Français découvrirent un jour d’automne 1994 à la Une de Paris Match, un secret qui porte le joli nom de Mazarine.

Mazarine Pingeot réconfortée par sa mère Anne Pingeot lors de la cérémonie d'enterrement de son père à Jarnac le 11 janvier 1996.
Mazarine Pingeot réconfortée par sa mère Anne Pingeot lors de la cérémonie d'enterrement de son père à Jarnac le 11 janvier 1996. © AFP / DERRICK CEYRAC

Il fut un temps où les amours d’un Président restaient dans la sphère privée, où les passions et les aléas de sa vie familiale n’intéressaient ni les rédacteurs en chef ni les éditorialistes. Disons qu’il y a avait officiellement de la discrétion et du respect, sous couvert de déontologie, mais aussi une énorme hypocrisie, car quelques initiés savaient, mais se sont tus.

L’histoire de Mazarine Pingeot est de ce point de vue emblématique. Un cas d’école même : C’est une histoire qui nous montre que nous sommes passés d’un excès à l’autre : de la rétention d’information liée à une pratique monarchique de notre République, à des réflexes qui eux, tiennent aujourd’hui, de la dictature de la transparence.

Désormais, la planète médiatique et twittosphérique délibère, note, critique les tribulations amoureuses de nos dirigeants, de leurs ruptures jusqu’à leurs nouvelles rencontres. Tout y passe… Avec parfois la complicité de ces mêmes dirigeants : On se souvient de l’impudeur et de la légèreté de Nicolas Sarkozy, lorsqu’en janvier 2008, il répondit lors d’une conférence de presse restée célèbre : « Avec Carla, c’est du sérieux ». On se souvient aussi de la maladresse du président Hollande surpris au petit matin, mal dissimulé sous un casque de moto, au pied d’un immeuble où il allait voir sa belle. Il n’en fallait pas moins pour que les Français ne prennent plus jamais au sérieux ces deux présidents et leur montrent la porte de sortie en mai 2012, pour le premier et en décembre 2016 pour le second qui a préféré anticiper le probable désaveu du peuple français .

Tout au long du récit, vous entendrez les mots de l’un des personnages centraux de cette affaire : Mazarine Pingeot, auteure en 2005 d’un livre intitulé Bouche cousue, dans lequel elle revient précisément, sur ces années où elle n’était qu’un secret.

Vidéo INA :

►►► ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Invité Alain Le Caro

Alain le Caro, ancien colonel de gendarmerie, responsable du GSPR, groupe de sécurité du Président de la République qu'il a créé, auteur avec notre confrère de France Info, Gilles Halais, du livre intitulé « Les mousquetaires du Président » qui vient de paraitre chez Fayard.

Programmation musicale:

  • Serge REGGIANI "Ma fille"
  • PORTISHEAD "Glory Box"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.