Octobre 1961, s’ouvre en Suisse le procès retentissant d’un couple accusé de parricide. Une scène de crime «barbare », l’avidité comme mobile, des suspects aux mœurs d’un goût douteux et en toile de fond les coulisses de la bourgeoisie genevoise. Tous les ingrédients pour déchaîner passions, haine et indignation…

Genève le 17 octobre 1961, le procès de Josette et Richard Bauer
Genève le 17 octobre 1961, le procès de Josette et Richard Bauer © Getty / RDB/ullstein bild

Quelques jours avant le procès, les journalistes suisses mais aussi français et allemands, se lancent d’ailleurs dans une course à la surenchère : « Les époux diaboliques vont devoir répondre de leur cruauté » titre ainsi l’Aurore. « Face au juge, la sorcière va devoir s’expliquer ! » annonce à sa Une le quotidien suisse Le Temps« Pas de pitié pour Josette et Richard Bauer coupable de l’abominable » s'exclame Le Figaro, reprenant telle quelle une déclaration du procureur. Mais lors des audiences, à la barre du tribunal de Genève, rien ne va se passer comme prévu ! D'un fait divers sordide présenté par la presse comme socle de l’union perverse et machiavélique des deux accusés, les audiences vont révéler la véritable personnalité du couple, les époux Bauer

Et les débats vont alors devoir déterminer la part de responsabilité de chacun d’entre eux. Richard, le mari, reconnaissant sa participation au crime, sa femme Josette la niant. Le premier soutenant que l’autre n’y est pour rien, la seconde prétendant qu’elle n’a rien pu faire pour l’en empêcher… Une situation ubuesque qui plonge les débats tantôt dans l’analyse des faits, tantôt dans l’étude psychiatrique des deux accusés. « On frôle par moment le ridicule, on tombe souvent dans le grotesque » écrit l’envoyé spécial du journal Le Monde, présent dans la salle.

Un récit documentaire de Adrien Carat 

Invité :  

Pierre Béguin, ancien Professeur de littérature française et écrivain. Auteur de plusieurs romans, dont le dernier – mêlant fiction et réalité, archives et témoignages – revient sur l’affaire Josette Bauer : « La scandaleuse Madame B », aux éditions Albin Michel (février 2020) 

Programmation musicale : 

  • Christophe : Dangereuse (2016)
  • Massive Attack : _Angel (_1998)
  • Nina Simone : I put a spell on you (1964)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.