Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, l’histoire d’enfances volées, celles de ceux qui ont pris un jour la mer, à bord du Karrek Ven de l’école en bateau.

Leonide Kameneff, le fondateur de "L’Ecole en bateau" au palais de justice à Paris le 5 Mars 2013 pendant la première semaine de son procès.
Leonide Kameneff, le fondateur de "L’Ecole en bateau" au palais de justice à Paris le 5 Mars 2013 pendant la première semaine de son procès. © AFP / BERTRAND GUAY

Pendant près de quarante-ans, près de 400 enfants partent grâce à cette association d’éducation alternative, fondée en 1969 par Léonide Kameneff pour découvrir des mers et des terres inconnues. Pendant un an ou plus, ils s’éloignent de la vie d’avant, celle de l’école, de la famille, et découvrent un autre monde construit sans barrière d’âge, sans distinction entre enfant et adulte. Un monde où ils deviennent des petits hommes, navigateurs, charpentiers, pêcheur, bergers, journalistes ...

Pour beaucoup, l’école en bateau évoque des images, celles qu’on a pu voir à de nombreuses reprises à la télévision ou dans des magazines de jeunesse. A chaque fois les mêmes scènes, les mêmes sourires d’enfants torses nus qui hissent la grande voile ou crapahutent en haut d’une montagne. A chaque fois, la même voix omniprésente, ceux de son fondateur, Léonide Kameneff qui encadre les enfants, distille sa philosophie, prône la fin des hiérarchies. En 2013, c’est dans les pages des chroniqueurs judiciaires que nous avons retrouvé Léonide Kameneff. Après trois semaines d’audiences, il est condamné pour viols, tentatives de viol et agressions sexuelles.

Ce procès est le fruit d’une incroyable résistance, celles d’anciens élèves, victimes de Léonide Kameneff qui ont dû attendre dix-neuf ans après le dépôt d’une première plainte pour qu’il réponde enfin de ses crimes. Tout au long de cette émission, vous entendrez la voix de Kameneff quand il était encore le respectable fondateur de l’école en Bateau mais aussi les paroles de ses victimes, qui, devenus grands, ont racontés la véritable histoire de l’école en bateau, celle du huis clos, des viols et des agressions sexuelles.

Laurent Esnault a été l’une des victimes de Kameneff. Il en a tiré un film, co-réalisé avec Réjane Varrod L’école en bateau l’enfance sabordée où il revient avec d’autres sur ses souvenirs d’écoliers sans tablier. Nous le retrouverons en seconde partie de l’émission, accompagné de l’avocat Eric Morain, pour revenir avec eux sur l’instruction, le procès et l’écho de cette affaire.

Vidéo INA

Les références

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.