Le 1er novembre 2004 se produit dans les Pyrénées un fait divers pas tout à fait comme les autres. Le coupable est un chasseur, l’arme du crime un fusil. Mais la victime n’est pas un être humain. Non, c’est un ours brun. Une femelle appelée Cannelle.

28 novembre 2004, à Oloron-Sainte-Marie, capitale du Haut-Béarn, un millier de personnes manifestent pour la sauvegarde de l'ours à la suite de la mort de l'ourse Cannelle
28 novembre 2004, à Oloron-Sainte-Marie, capitale du Haut-Béarn, un millier de personnes manifestent pour la sauvegarde de l'ours à la suite de la mort de l'ourse Cannelle © AFP / DANIEL VELEZ

Il n’y a pas mort d’homme, donc. Et pourtant, la victime est autopsiée, les suspects interrogés, mis en examen, condamnés. On parle de meurtre, d’assassinat, de préméditation, de légitime défense… La France se déchire sur cette affaire. Depuis les Pyrénées jusqu’à l’Elysée, dans les élevages d’ovins et dans les beaux quartiers, Cannelle déchaîne les passions. Certains la pleurent, d’autres rappellent avec agacement que ce n’est qu’une bête. 

Si la mort de cette ourse fait réagir, c’est d’abord parce que la France assiste depuis des dizaines d’années à la disparition de l’ours des Pyrénées. C’est ensuite parce que Cannelle n’était pas une ourse comme les autres. Elle était la dernière représentante de la souche pyrénéenne de son espèce. Les ours bruns peuplent ces montagnes depuis des siècles. Avec la mort de cette femelle, leur lignée s’éteint définitivement. 

Un récit documentaire de Romain Weber 

Invité : 

Jean-Jacques Camarra, naturaliste, fondateur du Réseau Ours brun

Pour aller + loin : 

Plaidoyer pour Cannelle : pour la sauvegarde de l'ours dans les Pyrénées, de Gérard Caussimont, Editions Loubatières (2006) 

Programmation musicale : 

  • Alain Souchon  : la mort de l'ours (2011)
  • Kalune : Cannelle 
  • Corb Lund :  _Grizzly bear blues (_2020)
L'équipe