Poulidor - l'éternel numéro 2

Jacques Anquetil et Raymond Poulidor pendant la montée du Puy de Dôme à l'étape Brive-Clermont Ferrand du Tour de France 1964.
Jacques Anquetil et Raymond Poulidor pendant la montée du Puy de Dôme à l'étape Brive-Clermont Ferrand du Tour de France 1964. © Getty / Keystone-France/Gamma-Keystone

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, Raymond Poulidor, un mythe français.

Qu’est-ce qu’un mythe ? Plus encore, qu’est-ce qu’un mythe national ? D’abord, et avant tout, c’est une histoire. De celle qu’on se transmet, de génération en génération et qui s’inscrivent, par les images, les souvenirs et les émotions, dans la mémoire collective. Ensuite, au cœur de cette épopée, il y a des personnages bien sûr. Héros plongés dans une aventure, qui, par leur action, dépasse leur propre histoire pour devenir des symboles, des incarnations, des emblèmes. Ainsi va le mythe, moment d’une époque, ciment d’une histoire nationale.

Osons le dire, Raymond Poulidor, coureur cycliste français des années 1960-1970, est un mythe français. Il n’y a qu’à voir, son nom « propre » est devenu commun. Ne parle-t-on pas de Poulidor de la politique pour caractériser un candidat toujours placé et jamais vainqueur ? Car pour bâtir un mythe, il faut aussi un peu de paradoxe : voilà sans doute le coureur français le plus célèbre, qui a notamment écrit sa légende sur la course la plus célèbre, le Tour de France, sans l’avoir jamais remportée, ni même porté un jour le maillot jaune de leader ! Mais voilà, Poulidor, à force de courage, de volonté, d’abnégation, autant de valeur héroïque, est devenu notre personnage principal.

Poulidor, l’éternel second, au palmarès pourtant exceptionnel, « Poupou » et son incroyable popularité, construite au fil de ses rivalités successives avec Jacques Anquetil et Eddy Merckx, au rythme de ses échecs retentissants et de ses victoires spectaculaires. Poulidor, sa malchance légendaire, son caractère si singulier, sorte d’honnête homme au regard tendre. Retournons sur les traces d’un phénomène, qui nous plonge dans la France des années 1960-1970, à un moment où le sport cycliste n’a sans doute jamais été aussi populaire.

Pour en parler, en seconde partie d’émission, nous recevrons Pierre Carrey, journaliste à Libération, notre partenaire, tous les quinze jours.

Programmation musicale: Alain BASHUNG "L'arrivée du tour" et FOXYGEN "Follow the leader"

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.